Le retour de « Saddok »

Editorial : le retour de « Saddok »

Ceux qui ont asssisté à l’assemblée générale annuelle de l’association France Seddouk Ouffella – AFSOU le dimanche 28 mars ont eu froid au dos en écoutant les récits de Si Hmimi sur la série de cambriolages, braquages , racket et autre incendie de véhicule dont le paisible village de Seddouk ouffella est devenu un triste théâtre ces derniers temps.
les auteurs de ces faits sont des enfants du village et semble t-il connus de tous et personne ne bouge le petit doigt pour les dénoncer. cette situation si elle perdure , va ternir l’image du village .
Dans le passé les notables du village étaient écoutés et respectés de tous et à ce titre parvenaient à régler ce genre de problèmes. Cependant aujourd’hui’hui la situation est différente, le vide laissé par le départ de la brigade de gendarmerie de la commune de Seddouk et la baisse de vigilance des délégués des Archs , le chômage, l’échec scolaire et la situation particulière de la kabylie sont autant de facteurs favorisant l’apparition de ce phénomène.Par le passé sévissaient aussi les brigands et autres bandits de grands chemins, est ce le retour de « Saddok » ?
La population doit redoubler de vigilance et sévir sans complaisance.
Ceci pour les mauvaises nouvelles, pour les bonnes cette année c’est la récolte des olives qui est exceptionnelle, cette abondance va au moins rendre le sourire aux propriétaires qui vont pouvoir écouler des hectolitres d’huile d’olives , aux consommateurs qui pourront avoir « Zit Qbayel » sur leur table toute l’année à un prix normalement inférieur à celui pratiqué les années précédentes et surtout à nous les « Zimmigrés » qui allons revenir cette année du bled chargés du précieuse huile d’olive de chez nous pour arroser le bon couscous du dimanche.
L’entraide et la solidarité sont des valeurs auxquelles la communauté émigrée est toujours attachée, cette année nous allons renouveler l’opération des fournitures scolaires au profit des familles défavorisées de notre village pour les aider à scolariser leurs enfants .
Vous avez assez vu les photos de Seddouk sous la neige, je vous laisse découvrir de nouvelles photos toutes fraiches arrivées du bled, elles nous montrent la verdure qui entoure le village avant qu » ADERDAK, AZEZOU et autres plantes sauvages de TGHILTS ne parfument le village avec la rosée du matin. Je remercie Da Mokrane ZERZOUR pour ces photos.

Hamane
30 MARS 2004