Cheikh Aziz El Haddad

Cheikh Aziz El Haddad (Aziz A?eddad) (vers 1842 – 1895) Fils cadet de Cheikh A?eddad (Cf. DBK 1, notice "A?eddad (famille)"), il fut l’un des principaux chefs politiques et militaires de l’insurrection de 1871. Aziz A?eddad est né vers 1842 à Seddouk Oufella dans la tribu des Aït Aïdel. En raison de la position tout à fait prépondérante de la Rahmaniya, les deux fils de Cheikh A?eddad occupaient des fonctions politiques influentes : l’aîné, M’hamed était « caïd des Béni-Aïdel et des Rir’a, le second, Aziz […] était caïd des Amoucha dans l’annexe de Takitount et chevalier de la légion d’honneur » (Robin : 32-33). Ce n’est qu’en décembre 1869, lorsque les autorités françaises, soucieuses de neutraliser la Rahmaniya, nommèrent Ben Ali Chérif bachagha de Chellata qu’Aziz, froissé, remit sa démission. (Robin : 36) C’est très précisément dans ce contexte que furent votés, le 9 mars 1870, les textes instituant le régime civil en Algérie (Ageron 1968, t. I : 5). Ce nouveau régime qui mettait fin au pouvoir des militaires et marginalisait leurs relais indigènes (djouads et marabouts) fut le facteur le plus déterminant dans le déclenchement de l’insurrection de 1871. Après l’alliance conclue avec le bachagha Al-Moqrani, Cheikh A?eddad, maître de la Rahmaniya, fut certes le chef spirituel de l’insurrection – ce fut son appel au Djihad lancé le 8 Avril 1871 au marché de M’cisna qui fit basculer la Kabylie – mais les vrais acteurs politiques et militaires de ce soulèvement furent ses fils M’hamed et surtout Aziz.

Aziz A?eddad, chef politique et chef de guerre .

Ce fut principalement Aziz qui négocia l’alliance conclue entre son père et le bachagha Al-Moqrani (Rinn 1891 : 199-200) ; au même moment, le 27 mars 1871, il prononça publiquement au marché de Seddouk une prière « pour l’extermination des français » (Rinn 1891 : 60 et 199). Durant l’insurrection, d’avril à juillet 1871, Aziz A?eddad concentra son action politique et militaire en trois points de Kabylie : La Vallée de la Soummam, les Babors et le Djurdjura ; dans cette dernière région, son action fut plus politique que militaire. Dans la vallée de la Soummam, dès le début du mois d’avril, l’objectif d’Aziz A?eddad était non seulement d’organiser les opérations militaires, de bloquer l’arrivée des troupes françaises dans la région mais aussi de propager l’insurrection :(1) « Dès le 10 avril, affirme Rinn, Si Aziz qui depuis longtemps était prêt, fit couper les fils télégraphiques entre Bougie et Fort-National ; des reqqab, ou émissaires choisis, furent envoyés à tous ceux dont le zèle avait besoin d’être stimulé, ou qui, bien qu’affiliés à la Rahmaniya, n’étaient pas dans la dépendance directe de la zaouia de Cheikh-el-Haddad ; de simples feux allumés sur des sommets connus des montagnes voisines de Seddouq, avaient suffi d’ailleurs pour annoncer d’Alger à Philippeville que la guerre sainte était ouverte » (Rinn 1891 : 203). La vallée de la Soummam qui assure la jonction entre Alger et Bgayet mais aussi entre Alger et l’Est du pays était fermée devant l’armée française : en avril 1871, Aziz « y regroupa les hommes les plus aguerris et lança l’offensive, contraignant Lepasset (qui se dirigeait vers Bgayet) à se replier dans la Mitidja » (Lallaoui 1994 : 26). A la fin du mois d’avril, Aziz gagna les Babors et y organisa le soulèvement jusqu’au milieu du mois de juin ; Cependant, Bouaziz2 souligne : « Les batailles menées dans les Babors et à Ammoucha, durant les mois de mai et de juin furent une expérience pénible et une épreuve difficile pour Si Aziz, car il échoua dans sa tentative de faire basculer les grandes familles acquises à la France et il ne put fournir aux combattants l’armement nécessaire pour affronter l’adversaire. L’exaltation du sentiment religieux fut son arme principale » (Bouaziz 1999 : 34). Avant de regagner Seddouk le 23 juin, Aziz livra un dernier combat dans le nord de Sétif ; aux troupes du général Saussier, il opposa plus de 8.000 combattants, laissant 150 morts sur le champ de bataille (Rinn 1891 : 458). D’ultimes combats se déroulent à la fin du mois de juin au nord de Sétif et dans la vallée de la Soummam ; les Kabyles « se battent avec une âpre énergie » (Rinn 1891 : 459) au prix de pertes considérables, mais la région est déjà reconquise par les troupes du général Saussier, les villages brûlés. De Seddouk, Aziz se dirige alors vers le Djurdjura (le 24 ou le 25 juin). Dans le Djurdjura, même tableau : les insurgés, venus de toutes les tribus, tentent de défendre, comme en 1857, leur dernière position : La place forte d’Icherriden ; il s’agissait en réalité d’un baroud d’honneur : « Les Kabyles, souligne Robin, avaient bien compris que la partie était perdue pour eux mais avant de se soumettre franchement, ils voulurent encore essayer la puissance d’une de leurs positions que nous n’aurions pu (2) enlever en 1857 qu’au prix de pertes considérables ; il s’agit de la position d’Icherriden sur le territoire des Béni-Raten [At Yiraten]. […] Toutes les tribus zouaoua s’étaient promis d’amener là l’élite de leurs guerriers, de leur donner de bonnes armes et des munitions en abondance, résolus si le sort des armes leur était encore défavorable, à se soumettre sans réserve (p. 430). Ils étaient bien 7.000 à Icherriden seulement et ils ont montré un acharnement extrême dans le peu de temps qu’a duré le combat. Suivant une ancienne coutume, les tribus avaient décidé qu’il y aurait entre elles “timechekerit” (3), c’est à dire un défi de vaillance ; chacune d’elles avait son emplacement dans le retranchement et la première qui lâcherait pied était déshonorée. Les Kabyles mettent un extrême amour-propre dans ces sortes de défis qui intéressent la réputation de bravoure de leur tribu. La ténacité des Kabyles leur causa des pertes considérables à en juger par le nombre de cadavres trouvés aux abords et dans l’intérieur des positions conquises, elles peuvent être évaluées à 400 tués » (Robin : 431-434). Après cette défaite, les tribus du Djurdjura déposèrent une à une les armes. C’est dans ce contexte qu’Aziz A?eddad se rendit (4) à Aït Hichem au général Lallemand, le 30 juin 1871 : « Il arriva encore un personnage qui n’était pas attendu ; c’était Cheikh Aziz, fils de Cheikh El Haddad, le grand maître de Sidi Abderrahmane-bou-Goberin. Les Ouled-ou-Kassi voulurent d’abord faire croire qu’ils l’avaient amené prisonnier, mais on vit bientôt que Cheikh Aziz était venu volontairement » (Robin : 438-439). Cette reddition dans un contexte de défaite générale mènera Aziz A?eddad à la détention puis à la déportation et enfin à l’exil.

Le procès et la déportation

Le procès de Cheikh A?eddad et de ses deux fils eut lieu à Constantine en même temps que celui de tous les chefs insurgés, du 10 mars au 21 avril 1873 (Ageron 1968, Tome I : 22). Aziz y fut défendu par Maître Seror, un avocat de Constantine. Plusieurs chefs d’accusation furent retenus contre lui par la cour d’assises ; il fut accusé « d’avoir écrit des milliers de lettres au nom de son frère à l’attaque d’Imoula, d’avoir prélevé des impôts (sans doute un impôt de guerre). Il fut aussi accusé d’incitation à des actes d’incendie, de désordre et de destruction » (Bouaziz 1999 : 43) (5). Aziz reconnut pleinement sa participation à l’insurrection ; la déclaration qu’il fit devant la cour d’assises est très explicite, elle permet aussi de situer le rôle du facteur religieux dans cette insurrection : « Lorsqu’on est en insurrection, le djihad est un moyen d’action et je m’en suis servi. Du moment que j’étais insurgé, je devais mettre en oeuvre tous les moyens utiles à ma cause ; le djihad comme les titres que j’ai pris ou qu’on m’a donnés d’émir des musulmans, de défenseur de la religion, n’étaient que des procédés d’exécution imposés par les circonstances ». (Rinn 1891 : 202) En prévision de ce procès, Aziz avait aussi rédigé un mémoire (5) d’une centaine de pages. Dans ce document qui mériterait à lui seul toute une analyse, il expose son point de vue sur les raisons de l’insurrection, donne des indications sur les origines de la famille A?eddad et sur celles de Ben Ali Chérif, son rival et même son point de vue sur l’origine des habitants (autochtones) de l’Algérie. L’arrêt rendu public le 19 avril 1873 par la cour d’assises de Constantine « condamnait Aziz à la déportation, Cheikh M’hamed à cinq ans de réclusion et Cheikh El Haddad à cinq ans de détention (Rinn 1891 : 463, note n°1). Lallaoui (6 )précise qu’« Aziz avait d’abord été condamné à mort mais étant membre de la légion d’honneur […], il lui sera fait application de l’article 43 du décret du 16 mars 1852 et sa peine sera commuée en déportation » (Lallaoui 1994 : 38). Il embarquera pour la Nouvelle-Calédonie le 31 août 1874 (Lallaoui 1994 : 51). La traversée durait cinq mois et les déportés étaient enfermés dans des cages en fer. L’ouvrage de Lallaoui qui s’appuie sur l’analyse de rapports médicaux, souligne que de nombreux détenus mouraient, au cours de cette traversée, de phtisie, du scorbut ou se laissaient mourir d’inanition, ne réclamant aucun soin médical. A l’île des Pins où ils sont détenus, Aziz et les insurgés kabyles côtoient d’autres insurgés, les Communards (7), auxquels une étroite solidarité les unit. D’autres formes de solidarité seront perceptibles pendant cette déportation comme celle qui se manifeste entre les colonisés : lors d’une révolte canaque qui éclata en 1878, Aziz A?eddad, contrairement à Boumezrag At Meqqran, prit le parti des insurgés, refusant tout concours aux autorités françaises. Une loi d’amnistie générale fut promulguée à Paris le 11 juillet 1880 ; cependant, face aux revendications des détenus algériens, elle fut suivie le 21 avril 1881 d’une circulaire ministérielle destinée à en restreindre la portée : cette amnistie ne s’applique qu’aux « seuls faits insurrectionnels survenus sur le territoire métropolitain ». (Lallaoui 1994 : 94) ; autrement dit, seuls les Communards étaient amnistiés. Les déportés kabyles furent graciés avec obligation de résidence, c’est-à-dire avec interdiction de retourner en Algérie. Aziz A?eddad décida alors de s’évader.

L’évasion et le séjour à la Mecque.

Ce furent des déportés algériens dont M’hamed A?eddad qui réunirent l’argent nécessaire à l’évasion d’Aziz : 200 Francs (Lallaoui 1994 : 101). Celui-ci quitta la Nouvelle Calédonie en avril 1881 et prit la direction de l’Australie. L’itinéraire qu’il emprunta fut le suivant : Nouméa – Sydney – Suez – La Mecque (8 ). Dés qu’elle fut connue, cette évasion suscita l’inquiétude des autorités coloniales en Algérie ; une dépêche du Gouverneur Général de l’Algérie affirme que « sa présence (i.e. de Aziz) en Algérie serait ou un danger ou tout au moins un grand embarras, car son retour en ce moment serait un véritable défi jeté à l’opinion française. » (Lallaoui 1994 : 100-101) Les circonstances de cette évasion sont connues avec précision car de Sidney, Aziz expédia trois lettres à sa famille ; elles seront saisies par les autorités françaises, (Lallaoui 1994, en reproduit de larges extraits en pages 101 et 102). Une d’entre ces lettres retient particulièrement l’attention car il s’agit d’une lettre-programme, Aziz y écrit : « Le 10 juin (1881), je prendrai mon passage sur un bateau à vapeur qui me conduira de Sidney à Suez. Je compte revenir de là à la Mecque où je retrouverai après la saison du pèlerinage […] je rentrerai ensuite en Algérie si le Gouverneur Général m’y autorise. Je lui ai adressé une lettre à cet effet. Quant à vous, dés que vous aurez reçu la présente, il faudra vous rendre avec le Cheikh de la tribu auprès de l’Administrateur d’Akbou qui vous aidera auprès du Gouverneur […]. Si vous recevez une réponse favorable m’accordant ma grâce, […] soyez alors en paix car sitôt après le pèlerinage, je vous écrirai soit d’Alexandrie soit de Tunis. Vous m’enverrez alors la lettre du Gouverneur Général, je me rendrai auprès de lui à Alger et de là, chez vous. Si au contraire, la réponse est défavorable, je verrai à me choisir une résidence et vous viendrez m’y rejoindre ». (Lallaoui 1994 : 102) Le but de cette évasion était donc bien pour Aziz le retour en Kabylie ; cependant, face au refus des autorités françaises, le séjour à la Mecque, conçu comme une étape dans ce périple, durera près de quinze ans (de 1881 à 1895). A Suez où il débarqua en octobre 1881, les autorités françaises, inquiètes, le firent suivre par des espions, son signalement est donné comme suit : « Si Azziz ben Cheikh El Haddad est de haute taille, maigre et brun ; il a de fort grand yeux, la barbe noire et la voix forte. Il s’habille généralement de blanc comme ses compatriotes et a pour habitude de se cacher la moitié du visage avec un pan de son haïk. » (Lallaoui 1994 : 104) Avant de s’établir à la Mecque, Aziz séjourna (du 11 janvier 1882 jusqu’à une date que les documents ne prédisent pas) à Djeddah. Dans cette ville, il entre en relation avec le vice-consul de France, Celui-ci constatant le dénuement dans lequel se trouve Aziz et conscient de son influence « malgré son éloignement », craint de le voir basculer « au milieu de cette population fanatique ; c’est la raison pour laquelle il intercède auprès du Ministre des Affaires étrangères en vu d’obtenir son rapatriement en Algérie. (Lettre du 188 avril 18822 adressée par le vice-consul de Djeddah au Ministre des Affaires étrangères). La présence d’Aziz était perçue comme gênante à Djeddah mais le Gouverneur Général de l’Algérie s’oppose à son rapatriement. Il s’établit donc à la Mecque. Sur ce séjour à la Mecque, la documentation consultée livre très peu d’informations ; on sait seulement qu’Aziz y épousa une Ethiopienne (9)(Al Habašiyya) (Bouaziz 1999 : 166-167) dont il eut deux enfants : un garçon et une fille. Il demeure à la Mecque jusqu’en 1895 (Loi du 2 février 1895). Les rares déportés qui auront survécu à ces vingt ans de bagne embarqueront pour l’Algérie le 22 août 1895, « sans recouvrer pour autant la liberté. Car dés leur arrivée en Algérie, ils seront assignés à résidence. » (Lallaoui 1994 : 99)

La Kabylie inaccessible

Amnistié, Aziz décida de renter en Kabylie. Pour réclamer la restitution de ses terres – toutes les terres de la famille A?eddad avaient été séquestrées – il quitta la Mecque pour Paris. Les autorités françaises en avaient été informées car il y eut un échange de correspondances entre le Consul de France à Djeddah, le Ministre des affaires étrangères et le Gouverneur Général de l’Algérie. Ce dernier, prenant appui sur des “dispositions spéciales contenues dans le code de l’indigénat”, refusa le retour d’Aziz A?eddad en Kabylie : « Quoi qu’il en soit, Si Aziz ne doit pas rentrer en Kabylie. J’estime qu’il y aurait lieu de l’inviter à se rendre en Tunisie ; sinon, je lui indiquerai la région dans laquelle je l’autoriserai à résider en Algérie ». (Lallaoui, 1994 : 105). Ce fut la dernière partie de bras de fer qui opposa Aziz A?eddad aux autorités françaises, car il mourut10 à Paris le jour même où les derniers déportés kabyles quittèrent la Nouvelle-Calédonie. Guyotat note que par un « étonnant hasard, ce même jour du 22 août 1895, s’éteint à Paris dans les bras du communard Eugène Mourot, ancien déporté à l’Ile des Pins qui lui a offert un ultime asile, Azziz El Haddad l’irréductible qui s’était évadé du bagne et que toutes les polices recherchent. Les derniers communards se cotiseront pour rapatrier son corps en Kabylie ». (Guyotat 1995. Cf. DBK 1, notice "A?eddad (famille)"). Même mort, la Kabylie lui sera interdite : les sources orales affirment que les autorités françaises – de crainte d’un autre soulèvement en Kabylie – auraient détourné la dépouille mortelle d’Aziz vers Constantine où il est enterré aux côtés de son père. En Kabylie et en particulier dans la région de Seddouk, le souvenir de Cheikh A?eddad et de ses deux fils est encore très vivant ; le nom d’Aziz, surtout, y est associé à l’étendard flamboyant de la révolte : Le?lam i icudd Si ?aziz (11) D azegga? am usafu Ittextir deg yelm?yen At lqedd am usaru Ixla-d ??ur L?ezlan Lembat-is nnig Weqbu Le?lam i icudd Si ?aziz D azegga? am u?ercic Ittextir deg yelme?yen Bexlaf widak ur ezwi? Ixla-d ??ur L?ezlan Lembat-is deg Bu?rari? L’étendard porté par Si Aziz Rougeoie tel un tison. Il rassemble l’élite des jeunes gens il campa au-dessus d’Akbou. L’étendard porté par Si Aziz Flamboie tel un … (12) Il rassemble l’élite des jeunes gens Uniquement les célibataires. Après le saccage de Sour El Ghozlane Il campa à Bou-Arréridj. [D. ABROUS] © Inalco-Centre de Recherche Berbère renvois – (1 ) Nous ne disposons pas de document d’état civil établissant avec précision la date de naissance d’Aziz A?eddad, mais Bouaziz affirme que lors de sa comparution au procès des insurgés en mars – avril 1873, « il était âgé de 31 ans » (Bouaziz 1999 : 36). – -3 "timechekerit" : ce mot, un dérivé nominal, est à rapprocher du verbe "Cqirrew"– "défier" (Cf. Dallet, 1982 : 102). Dallet (mêmes références) donne : "timecqerriwt" – "pari, défi". L’expression "défi de vaillance" utilisée par Robin est donc tout à fait pertinente. 3 -4 Rinn (1891 : 462) souligne seulement que depuis le 30 juin « Aziz était prisonnier du général Lallemand à Aït Hichem dans le Djurdjura ». Robin précise qu’il s’agit bien d’une reddition. – 5Ce document a été rédigé en arabe par Aziz A?eddad, il a été traduit en français par Ernest Mercier sous le titre : Mémoire d’un accusé à ses juges et ses défenseurs ; Constantine, imprimerie Marle, 1873 (Cf. notice A?eddad). Yahia Bouaziz a retraduit ce texte en arabe en raison de la disparition de la version originale de ce texte (Bouaziz 1999 : 6). -6 Lallaoui nous apprend que M’hmamed A?eddad a été déporté en Nouvelle Calédonie au même titre que son frère Aziz. (Lallaoui 1994 : 101) 4 – 7 Mehdi Lallaoui (1994), qui donne des indications sur les conditions de détention, puise certaines données relatives à Aziz A?eddad de mémoires rédigés par les communards. (Cf. bibliographie) -8 Des périples de ce genre n’étaient pas exceptionnels pour les hommes kabyles à la fin du XIXe siècle : L’évasion des frères Abdoun est en tous points semblable à celle d’Aziz A?eddad (Cf. notice Abdoun). Outre ces évasions, l’exploitation des archives françaises de la fin du XIXe siècle (Archives d’outre-Mer, Aix-en-Provence, Archives des Missionnaires d’Afrique, Rome) révèle de nombreux cas de Kabyles – souvent des commerçants – partis vers des destinations très lointaines. -9 Au moment de sa comparution devant la Cour d’assises de Constantine en mars – avril 1873, Aziz A?eddad avait 3 épouses et 4 enfants (Bouaziz, 1999 : 36). Salah qui était probablement l’aîné de ces enfants était élève au collège d’Alger au moment de la déportation d’Aziz. (Lallaoui, 1994 : 51) Les sources orales affirment qu’Aziz a épousé une Arabe avec laquelle il a eu trois enfants : Sadek, Fatima, Khadidja – « Yu? Taεrabt, yesεa-d γur-s tlata : Lha? Sadeq, Nna Fatima d Nna Xdi?a. » (Idir & Moussouni 2001 : 121) – 10Les sources orales affirment qu’Aziz a été empoisonné car les autorités françaises craignaient un nouveau soulèvement : « Ccix ?aziz seqqan-t, seqqan-t belli ugaden ad iεiwed nnfaq » (Idir & Moussouni 2001 : 121) – 11Pour ce poème et le suivant voir : Idir & Moussouni 2001, respectivement pages 121 et 122. 7 -12 A?ercic : terme obscur dont le sens n’a pu être établi.

BIBLIOGRAPHIE

– AGERON Ch. R. : 1968 – Les Algériens musulmans et la France (1871-1919), t. I., Paris, PUF, (notamment Livre I, Chapitre 1) – AGERON Ch. R. : 1972 – Politiques coloniales au Maghreb, Paris, PUF (notamment 4e partie, Chapitre I) – BOUAZIZ Y. : 1999 – Wasâyâ Ash-Shaykh Al-Haddâd wa mudakkarât ibni-hi Sî ‘Aziz (Testament du Cheikh El-Haddad et mémoires de son fils Si Aziz), Alger, ENAL. – GUYOTAT R. : 1995 – « D’une colonisation à l’autre », Le Monde Radio-Télévision (Paris), 17-18 septembre 1995, 1 page. – IDIR M. et MOUSSOUNI M. : 2001 – L’insurrection de 1871 à travers la mémoire collective, essai d’analyse d’un discours oral sur Cheikh A?eddad et l’insurrection ; Mémoire de fin de licence, dirigé par A. Ould-Fella, Université de Bgayet, Département de Langue et Culture Amazigh. – LALLAOUI M. : 1994 – Kabyles du pacifique, Paris, Société Européenne des Arts Graphiques (“Au nom de la mémoire”). – LIOREL J. : 1893 – Races berbères. Kabyles du Djurdjura, Paris, Edition Lerouse, Paris (notamment livre quatrième, p. 242 à 303). – MAILHE G. : 1994 – Déportation en Nouvelle-Calédonie des communards et des révoltés de Grande-Kabylie, Paris, L’Harmattan,(notamment Chapitre XVII). – RINN L. : 1891 – Histoire de l’insurrection de 1871 en Algérie. Alger, Librairie Jourdan. – ROBIN C. : s. d. – L’insurrection de la Grande-Kabylie. Paris, Editions Henri-Charles Lavanzelle. Documents émanant des protagonistes de l’insurrection de 1871 : – « Un texte de Mohamed Ameziane Ben Ali Al Haddad » (Publication et traduction partielle par El Mehdi Bou Abdelli), Revue d’Histoire et de Civilisation du Maghreb, 1, 1966 (Alger, Faculté des Lettres). – EL-HADDAD Aziz : Mémoire d’un accusé à ses juges et ses défenseurs, Imprimerie Marle, Constantine, 1873. (Traduit de l’Arabe par E. Mercier.) ARCHIVES – Archives d’Outre-Mer, Aix-en-Provence : Fonds des bureaux arabes, cercle de Tizi-Ouzou. Registre de correspondances n° 31/II/17 (du 2 janvier au 18 octobre 1871). 8 – Archives d’Outre-Mer, Aix-en-Provence : Fonds du Gouvernement général de l’Algérie. Série H. Carton 16H. 62-63, "Rahmaniya, Cheikh Al Haddad et sa famille, 1865-1905". © Inalco-Centre de Recherche Berbère – Archives Nationales de Paris : Dossier BB24. 8722 (Tableau des condamnés suivant la gravité des peines prononcées avec indications des condamnations proposées). – Archives du Ministère de la guerre (Vincennes) : carton H375 ; signalé par Y. Bouaziz (Bouaziz, 1999 : 8). – ANSOM : Carton H70, dossier Azziz ; signalé par Mehdi Lallaoui (Lallaoui, 1994 : 100 ; note infrapaginale). – Récits de déportés de Commune de Paris contenants des données sur Aziz Aheddad et Boumezrag At Meqqran ; cités par Mehdi Lallaoui – BALLIERE Achille: 1875 -, Histoire de la déportation par des évadés de Nouméa, Londres. (Lallaoui 1994 : 85) – MALATO Charles : 1894 – De la commune à l’anarchie, Paris (Lallaoui 1994 : 84) Source [INALCO->www.inalco.fr] -Centre de recherche Berbere

CHEIKH AHEDDADH , l’insurrection de 1871

CHEIKH AHEDDADH , l’insurrection de 1871

Par Lounis Belaitouche dalounis@yahoo.fr

C’est Cheikh AHEDDAD qui a fait entrer SEDDOUK et sa région dans l’histoire contemporaine de l’Algérie non sans avoir consulté les grands chefs de guerre de l’époque tels que : Si El Vachir Awaghliss, Si Mokrane Igawawen, Si Moh OUIDIE Afnay et certainement beaucoup d’autres. Toutes les tribus consultées avaient promis de rejoindre le vénérable Cheikh un certain jour de marché hebdomadaire à Seddouk coïncidant avec le 8 avril du calendrier grégorien. Seddouk qui en nos temps est ce chef lieu de daira, ville accrochée a l’ubac de la chaîne de montagne des Bibans surplombant la vallée de la Soummam et contemplant paisiblement le Djurdjura.

Qui est Cheikh AHEDDAD?

Cheikh Mohand Ameziane ben Ali AHEDDAD est issu d’une famille dont on dit originaire d’Ath-Mansour que beaucoup confondent car dans la région il y aurait
deux Ath-Mansour. Les premiers se trouvent du coté de M’chedallah et les seconds sont situés en haut des Ath-Waghliss dans le massif de DJURDJURA en l’actuelle daïra de Sidi-Aich. Cette famille se serait déplacée à Tifra dans la même contrée avant d’enjamber l’oued Soummam pour rejoindre Amalou puis Seddouk et une branche de cette même famille a été encore plus loin pour s’installer en haut des IZNAGUEN dans un village appelé Thadarth Ihedadhen.
Celle parti vers Seddouk donnera naissance au Grand Cheikh qui fut le chef incontesté et incontestable de l’ordre religieux des Rahmania dans la région. Le nom AHEDDAD donné à cette famille se rapporterait au second métier qu’exerçaient les hommes de cette tribu qui principalement sont des imams sinon des forgerons .Cela a donné le nom de Cheikh Aheddad car même en
officiant en imam ils n’ignorent rien du travail du fer.D’ailleurs la dernière forge des descendants du cheikh a survécu jusqu’aux années 1980 dans un village
enfoui dans la chaîne de montagne des Bibans, plus exactement à « AZROU N’SATOR » chez  » Akham Ou Si Amer » ou feu Hadj Tayeb était un grand forgeron et son frère Chikh Lounis un imam de renommée dans cette région ce village se trouve dans la commune de Colla dans la wilaya de Bordj Bou Arreridj qui a eu a connaitre El-Mokrani, compagnon du Cheikh pour les hauts faits de résistance..

Oeuvre du vénérable Cheikh

Le Cheikh qui devait avoir presque 80ans en 1871 était le représentant unique de la confrérie des Rahmania et était le maître incontesté de cet ordre religieux.
Ce titre lui proféra une aura inégalée dans la région et même hors de la contrée tant les populations autochtones de l’époque se cachait derrière les érudits en matière de religion par piété ou par fuite a l’ennemi, le roumi venu d’ailleurs les spolier de leurs terres vivrières. Cheikh AHEDDAD était père de enfants, l’un était Caïd à Amoucha du coté de Sétif et l’autre, un fidèle compagnon de BOUBAGHLA un autre héros de la lutte anti-coloniale dans la vallée de la Soummam et très connu surtout dans l’arch des Ath- M’likèche. Avant d’atteindre cette sagesse et d’avoir capitalisé son savoir Mohand Ameziane a été choisi des son jeuneâge par les habitants de son village Seddouk-Oufella pour être un imam et un enseignant sans pour autant qu’il en soit issu d’une famille aristocratique comme le voulait la tradition d’alors La fin de l’nsurrection et celle du Cheikh: 1873

Effectivement une fin tragique s’est produite en 1873. Il s’agit de celle de l’insurrection et de celle du Cheikh qui mourut le 19 avril 1873, soit quelques
jours après sa lourde condamnation, malgré son âge par un tribunal colonial de Constantine.Le Cheikh fut arrêté l’été 1871, le 13 du mois de juillet après un
grand et long siège de toute la région de Seddouk. Après un soulèvement que le Cheikh aura provoqué et guidé ne serait-ce que spirituellement, la cour d’assises le condamnera à 5 années de prison. Devant ses juges bourreaux il eut ces mots : » la France m’a condamné à 5 ans de prison et mon Dieu ne laissera encore vivre que 5 jours ». En effet il mourut durant le mois ou fut prononcée la sentence. La fameuse phrase prononcée par le valeureux et
vénéré Cheikh restera a jamais dans l’histoire de la lutte, lorsqu’il dira en faisant tourner sa canne de vieux autour de sa tête « nous jetterons comme ça les
impies a la mer ». Toute la région aura après la défaite et la mort de Cheikh Aheddadh a subir les affres du colonialisme avec son lot de souffrances ,d e déportations, d’expropriations et autres supplices qui ont eu a déstabiliser jusqu’à l’ordre préétabli dans cette contrée. Maître spirituel des lieux, le cheikh a laissé derrière lui tout un héritage qui au fil des ans risque de se perdre. Sa kheloua (lieu de méditation) qui se trouve dans sa zaouïa est un lieu de haut fait historique qui en principe devrait être classé monument historique et culturel. A ce jours il n’y eut que quelques dépôts de gerbes de fleurs synthétiques a chaque mois d’avril et sans plus. Dernièrement il semblerait que les autorités de wilaya auraient été sensibilisées et consenti une enveloppe
financière pour pouvoir entreprendre des taches de sauvegarde du site avant sa disparition et peut-être de restauration ensuite.

Lounis BELAITOUCHE Avril 2007

Comment on écrit l’Histoire :à propos de Cheikh Aziz

Comment on écrit l’Histoire : A propos de Cheikh Aziz

La Dépêche a fidèlement reproduit toutes les informations sensationnelles et attendrissantes que les journaux parisiens ont consacré à la mort du Cheikh Aziz.

Mais il ya deux jours, le hasard nous a mis en présence du fils de ce Cheikh et une très brève conversation nous a permis de rectifier bien des inexactitudes plus ou moins volontaires.

Salah ben Azziz avait quatre ans, lorsque son père fut déporté.Le gouvernement l’ admit au lycée d’ Alger avec une bourse entière .Aujourd’hui , Salah ben Azziz est un beau jeune homme blond de 28 ans, parlant purement le français.Il est Khodja-interprete à la commune mixte de l’Aurès, dont le chef lieu est à Lambèse.

Salah n’a jamais revu son père.Il a su seulement que celui-ci a subi sa peine avec résignation, en Nouvelle Caledonie, attendant qu ‘un acte de clémence lui permit de renter en Algérie.

Mais lorsqu ‘il se vit excepté de l’ amnistie de 1884, les idées de fuite prirent le dessus chez lui et il n’ eut pas de trêve qu ‘il n’ eut mis la mer entre lui et lIle des Pins.

Son premier soin fut de se rendre à la Mecque.Aprè s’etre mis en règle avec ses devoirs religieux; il vint à Djeddah et la, il se présenta au consul de France.

Il faut dire qu’Azziz pouvait se recommander déjàà ce fonctionnaire de la part qu ‘étant en Nouvelle -Caledonie, il avait prise à la répression d’ une insurrection canaque.Il fut donc accueilli, non comme un forçat en rupture de bagne, mais comme une personnalité à laquelle officiellement on ne peut remettre sa peine, bien qu ‘on soit très aise d’ utiliser ses services.

Pour tout dire Azziz fut attaché au consulat, aux appointements de 400 fr.Par respect rendons -lui cette justice, cette faveur, il sut la mériter.Il facilita beaucoup les rapports du Consul avec les chefs des tribus bedouine;une fois même, il réussità rapporter le corps d’ un explorateur français, assassiné par les bandits, ainsi qu ‘une stèle, portant une inscription curieuse -stèle aujourd’hui déposée au Louvre- pour la recherche de laquelle le trop téméraire voyageur s’etait fait tuer.

La situation se prolongea ainsi jusqu’au la promulgation de l’ amnistie qui signala au commencement de cette année, l’avenement de M. Felix Faure.

Un jour Salah reçut un télégramme lui annonçant que son père, amnistié, venait de débarquer à Marseille.Il se rendait à Paris,dans l’espoir d’obtenir la restitution de ses biens, confisqués depuis 1871.

Aussitôt Salah, muni d’ une autorisation de son administrateur, partit pour Constantine et sollicita un permis pour se rendre auprès de son père, à Paris.Le Préfet ne crut pas devoir prendre la chose sur lui.Le Secrétaire généralà Alger, remplaçant M. le Gouverneur absent, fit une réponse également évasive.De guerre lasse, Salah se résigna à attendre, pour embrasser son père, que celui-ci revintà Alger.

Brusquement , un nouveau télégramme l’ informa que le Cheikh, atteint d’ une anthrax, était gravement malade.

Alors Salah télégraphia directement au Gouverneur à Paris, sollicitant, à nouveau l’ autorisation d’ embrasser au moins son père avant sa mort.

Cette fois le permis de voyage lui fut accordé; mais il lui parvint en même temps que la nouvelle du décès du Cheikh Azziz.

Salah se mit alors en route, pour aller chercher les restes de ce père qu ‘il n’ avait pour ainsi dire, pas connu.

Arrivé à Paris, il apprit que son père était mort, entouré de tous les soins désirables, au boulevard Menilmontant, dans la maison d’ un dénommé M.Moreau.

Il n’avait pas été misérable, puisqu’on trouva chez lui 4.000 francs.D’ailleurs le sénateur Isaac s’ était mis à la disposition du malade, auxquels ni médecins ni remèdes ne firent défaut.

Maintenant la maison était vide; mais il y restait un enfant de quatre ans, le dernier fils du Cheikh,Sadok ben Azziz.

Salah prit avec lui son jeune frère et tous les deux ramenèrentà Constantine le cercueil plombé, contenant ce qui restait du fameux chef des insurgés de Seddouk.

Ses obsèques ont eu lieu à Constantine: le Cheikh , aujourd’hui, repose auprès de son propre père.

Salah a repris ses fonctions de Khodja-interprete; quant à Sadok, de même que son frère, il obtenu une bourse entière au lycée d’ Alger, ou il entrera au mois d’ octobre.

C’ est une simple histoire que nous avons voulu conter, sans appréciation aucune.

Mais n’ est il pas curieux que les journaux aient poussé au noir, sur les points précisément ou il n’y avait pas lieu et qu ‘aucun n’ ait relaté la partie vraiment dramatique de cette funèbre histoire.

Guy Léon

article paru dans la Dépêche algérienne du lundi 23 septembre 1895.

Nouvel article

Enterrement de Cheik El Haddad ( Cheikh Azziz ndlr)

L’ enfouissement clandestin d’un amnistié algérien. – Persécutions injustes et maladroites.- Comment on crée des rebelles

Vers le milieu du mois de juillet, un arabe d’ une soixantaine d’ année, à la démarche majestueuse, au regard doux et empreint de bonté, se présentait dans nos bureaux l’ ancien Caïd des Amouchas.Aziz Ben Cheik El Haddad , qui arrivait de Djedda ou depuis plusieurs années, il était attaché du consulat de France. Aziz venait nous remercier de la campagne que nous avions menée en faveur de l’ amnistie des insurgés de 1871.

Il comptait prendre le prochain paquebot et regagner le sol natal; ou l’ attendait impatiemment son fils Salah qu’il n’avait pas vu depuis un quart de siècle.

Malheureusement dans le voyage de Djeddah à Paris , il lui était venu des anthrax, qui s’aggraverent rapidement. Se sentant mourir, Aziz demanda son fils pour l’ embrasser au moins une dernière fois Celui ci , interprète de la commune mixte d’Aurès sollicita l’autorisation de partir pour Paris.

Sous notre république opportunarde- plus de cent ans après la Révolution – l’ administration tutélaire n’ admet pas , en effetqu’un Arabe quitte l’Algérie sans son autorisation.

Eh bien! le croirait -on ? Le gouverneur général Cambon, puis le ministre de l’interieur Leygues, auquel s’adressa le malheureux Salah, lui refusèrent la permission qu’il réclamait.

Il ne l’obtint que lorsque l’ancien Cheik eut fermé les yeux et arriva juste pour présider au transport du cercueil.

C’est ici que l’affaire se corse. Salah voulait inhumer le defunt dans la cimetière de la famille, àSeddouk.On l’en empêcha par mesure de sûreté générale et on dirigea clandestinement le corps sur Philippe ville puis sur Constantine.

Les journaux algériens nous apprennent que l’ inhumation eut lieu dans la plus grand mystère, sous la surveillance de la police et des gendarmes.

Ces précautions n’empecherent pas quelques indigènes d’ assisterà la cérémonie; mais au sortir du cimetière on les arreta…Ceux d’ entre eux qui n’ étaient pas munis d’ un permis de voyage furent signalés à la préfecture.

Salah fut relaxé, mais on lui « conseilla » parait il dans son propre intérêt, de quitter le département de Constantine sans tarder.

Ainsi voila un malheureux qui n’ avait commis aucune faute qui faisait au contraire tout son possible pour dissiper les préventions qu ‘on pouvait avoir contre lui.Il prodiguait les marques de sa fidélité et de sa soumission. Et on le traitait comme un rebelle!

Nous nous souvenons encore de la lettre touchante écrite par cet ancien élève du lycée d’ Alger à M.le sénateur Isaac après le vote de l’ amnistie:

La devise: »La France protège les Musulmans » est , disait il, aujourd’hui complètement réalisée par le retour dans leurs foyers de ses vieux insurgés algériens, qui ne demandent qu ‘à montrer leur repentir sincère et leur dévouement à la France .Soyez persuadé monsieur le sénateur, que la France trouvera en nous des sujets fidèles et des serviteurs dévoués.La loi d’ amnistie appliquée aux insurgés algériens, fera conquérirà la France des milliers de coeurs.Vive le France.Vive la République !

Et c’ est l’ homme qui manifestait il ya quelques mois , de semblables sentiments que les fonctionnaires algériens se permettent de persécuter, au nom de nous ne savons quels intérêts administratifs.

L’ attitude de l’ administration en toute cette affaire a soulevé les protestations unanimes de la presse algérienne.La Dépêche ,généralement peu tendre pour les Arabes,cependant , a formulé elle-me me d’ amères et justes critiques sur l’ enfouissement clandestin d’ Aziz.

Il ne sera plus question de Cheikh Aziz dites- vous ? Quelle erreur !Oui ,sans doute on l’ aurait oublié si jusqu ‘après sa mort il n’ avaitété l’ objet de tracasseries policières, bonnes seulement à entourer sa mémoire d’ une véritable auréole de martyr religieux.

Ainsi après soixante cinq années d’ occupation, nous en sommes encore à redouter les manifestations qui pourraient se produire à lo’occasion de l’enterrement d’un chef indigène que les lois françaises ont frappé et auquel les loi françaises- trouvant qu’il avait suffisamment expié ses fautes- ont fait grace.

Si Cheikh Aziz eut été inhumé à Seddouk comme ses coreligionnaires le desiraient, quel mal y aurait-il à cela ?

N’étions-nous donc pas assez puissants pour maintenir l’ordre, si toutefois il est vrai que les indigènesaient jamais songé à se servir de cette ceremonie comme d’un motif à désordre ?

Il est clair que l’administration a pris toutes les précautions pour faire du tombeau d’Aziz un pbjet de veneration.

C’est ainsi que se creent les légendes des saints.C’est ainsi que l’on excite le fanatisme musulman.

Si les autres Arabes amnistiés comme Aziz se decident à rentrer, il est à craindre, étant donné ce qui se passe, qu’ils ne soint beaucoup plus malheureux encore en Algérie qu’en Nouvelle- Caledonie.

Article paru dans la journal « l’INTRANSIGEANT » du 01 octobre 1895

LES KABYLES DE CALEDONIE

LES KABYLES DE CALEDONIE

Par Régis Guyotat

La nouvelle Calédonie, terre déportation pour les communards, l’a aussi été pour les révoltés de la Kabylie soulevée, en 1871, contre le colonisateur. 1500 de leurs descendants ont fait souche.
Sur la plage, devant un parterre de touristes, et danseurs canaques, le haut du corps et le visage peint, viennent de terminer leurs aubades guerrières.
Ils déposent leurs coiffes de fougère et d’hidiseus, rangent leurs costumes de lianes et s’offrent un coca cola. A quelques pas de là des tombes et un petit mémorial restent ignorés des visiteurs, qui commencent à se répandre sur l’île des Pins, au sud de Nouméa. L’île Ç la plus proche du paradis È, comme le promettent les bibles touristiques.
Avant de figurer, l’Eden, l’île des Pins fut plus proche de l’enfer. Les communards de 1871 y payèrent d’avoir trop cru en leur idéaux. Lorsqu’ils furent amnistiés en 1879, les survivants élevèrent cette stèle avant de quitter l’île. De noms arabes retiennent l’attention. Les proscrits d’une autre insurrection, celle de la Kabylie en 1871, partagèrent ici l’exil des communards, avant de faire souche dans ce coin oublié du pacifique. C’est en s’interrogeant sur la présence de ces deux noms que l’écrivain et réalisateur Mehdi Lalaoui a, dans Kabyle de Pacifique Ç Au nom de la mémoire È reconstitué l’odyssée de ces hommes, châtiés pour s’être rebellé contre le colonisateur. La répression de la révolte dont le bachagha Mokrani donna le signale avant d’être tué fut terrible. 212 kabyles, responsables présumés de l’insurrection, furent traduits devant la cour d’assise de Constantine en 1873. La plupart furent condamnés à la déportation. Cela aurait pu être Cayenne. Ce fut la Nouvelle Calédonie Ç Calidoune È, comme disent encore nombre d’Algériens pour désigner un lieu d’où l’on ne revient jamais. Voici donc les vaincus fraternisant avec d’autres vaincus ceux de la commune, enchaînés dans des cages de fers, tout au long de l’interminable traversée. Louise Michel, proscrite elle aussi, débarquée quelque mois plutôt à Nouméa avec Henri Rochefort, décrit dans Souvenir de ma vie « Maspero », leur arrivée pitoyable : « Nous vîmes arriver dans leur grand burnous blanc, les arabes déportés pour s’être, eux aussi soulevés contre l’oppression. Ces orientaux emprisonnés loin de leurs tentes et de leurs troupeaux, étaient simples et bons et d’une grande justice. Aussi ne comprenaient-ils rien à la façon dont on avait agi avec eux ». La plupart sont dirigés sur l’île des Pins, qui accueille les « déportés simples ». Mais il y’a aussi les « déportés en enceintes fortifiées », à, Ducos ou à l’île Nou, près de Nouméa, que l’on enchaîne à la « la barre de justice » et à qui on verse la soupe dans des galoches. A l’île de Pins, les tribus canaques ont été déplacées. Cinq communes ont été délimitées. Le « camp des arabes » constitue la cinquième, la plus reculée. Ceux-ci élèvent des chèvres, plantent des citronniers et descendent au marché une fois par semaine à Ouro. Là sous les aroucarias géants et des cocotiers flottent le drapeau rouge. Les communards ont reconstituaient leur faubourg parisien avec des magasins des ateliers, un théâtre. Et même de petits journaux. Le Parisien illustré, Le Raseur calédonien, à la verve acéré, sont publiés. Décor factice. Des déportés pris de folie meurent à force de scruter la mer.
En 1878, éclate l’insurrection canaque, conduite par le chef Atai. La conquête, ici comme en Algérie, n’a rien respecté. On s’est rué sur les terres et sur le « caillou vert », autant d’émeraude, le Nickel. La peur s’est installée à Nouméa. Leur bagne tout proche est un réservoir d’homme inespéré. Boumezrag Mokrani, les frères du bachagha qui a soulevé la Kabylie, interné à l’île des Pins, offre ses services au gouverneur Olry. Il espère ainsi une remise de peine avec une quarantaine de ses hommes, il participe à la répression qui s’abat sur les Canaques. La tète d’Atai, abattu par les auxiliaires canaques de l’armée française, roulent bien vite au pied du colonisateur, elle est envoyée à Paris, et exposée sur les étagères du musée de l’homme, au Trocadero.Les Canaques furent matés comme l’avaient été les communards et les Kabyles. « Il faut commencer par détruire cette population. Le seul moyen pour en venir à bout, ce serait de faire des battus, comme pour les loups en France », propose un militaire. Dans l’illustration, on peut lire : « L’installation en Nouvelle Calédonie, ne rencontre qu’un obstacle, les indigènes. Mais il est prouvé que leur nombre diminue dans une proportion des plus rassurante et qu’à la fin du siècle on montrera dans des foires le dernier survivant des canaques ». Autre grande figure de l’insurrection kabyle de 1871, Aziz Aheddad, descendant d’une famille de religieux, déporté avec l’un de ses frères, a jugé la démarche de Mokrani incompatible avec son honneur. En 1879, l’amnistie est proclamée. L’île des Pins se vide. Louise Michel quitte Nouméa. Au cours des derniers mois, sa détention « en enceinte fortifiée » a été assouplie. Elle fait de la botanique, pratique avec succès la « vaccine » sur les papayers malades. Elle aussi ouvert une école pour les canaques, donne des leçons de piano, inventant pour eux une méthode de solfège, et abandonne avec regret ses « amis noirs ».L’AMNISTIE a été proclamée, les déportés kabyles en ont été exclus. Obligation leur est faites de résider sur le territoire calédonien. A Paris, les communards, dans un élan de solidarité, mènent une campagne active pour leur libération. Aziz Aheddad est le plus indomptable de ces Algériens. Il s’évade, rallie Sydney. Voici Paris et Alger en ébullition, des limiers dépêches sur ces traces. On le signale au Caire. Puis c’est le silence pendant 14 ans. Sans doute vit-il à la Mecque. Le premier février 1895, est enfin levé l’obligation de résidence. Ils ne sont plus que poignée, le 22 août 1895, à s’embarquer de Nouméa pour l’Algérie. ce jour-là, venue de Jedda réclamé ses biens, Aziz s’éteint à Paris dans les bras des communard Eugène Mourot, ancien déporté qui lui a donné asile, au 45 du boulevard d Ménilmontant, face au père-lachaise. Boumezrag Mokrani, lui, a été exclu de la mesure du premier février, mais est libre de ses mouvements dans l’île ; il a ouvert à Nouméa un commerce et a fondé une compagnie de transport postal avec ses hommes, qui parcourent à cheval la brousse. En 1904, il enfin gracié. Avec trente ans d’exil, le voici foulant le sol algérien, en juillet 1905 juste à temps pour mourir, à l’âge de 75 ans. Les rares déportés restés ont rejoint dans les vallées de Boghen et de Nessadlou, près de Bourail, sur les côtes ouest de la grande terre, les « transportés » arabes, « les droits communs », ou considérés comme tels, qui n’ont cessé d’être acheminés en Nouvelle-Calédonie depuis la révolte de 1871 l’administration coloniale, aidée par l’Eglise, et prévoyante. En échange des quatre hectares à cultiver, on peut racheter sa liberté et trouver femme dans une institution tenue par les religieuses Nessadlou et encore aujourd’hui la « vallées des arabes » est le cimetière un morceau d’islam en terre canaque. Les tombes sont tournées vers l’ouest. Un grand palmier les domine et indique la direction de La Mecque. Cette communauté d’origine algérienne, fortement métissée, est estimée à 1500 personnes. La plupart sont restés éleveurs et agriculteurs, d’autres sont partis tenter leur chance à Nouméa. « Les plus âgés parlent encore la langue qui leur a été transmise, ils font encore le ramadan et la prière. Leur enfance a été bercée par la musique arabe et les contes kabyles. Ils savent qu’ils mourront sur cette terre qui les a accueillis, est devenue la leur et porte leur empruntes », explique Mehdi Lalaoui.
A Bourail, on ne peut manquer le « Zam-Zam » le restaurant que tient l’épouse d’origine indonésienne d’Abdelkader Bouffenèche. Entre le porc sauté et le poisson du lagon, une place de choix est réservée au couscous. « C’est un marocain qui nous a appris la recette. Ça marche très bien. Les pieds noirs de l’île sont venus. Ils m’ont dit que c’était le vrai couscous », lance amusé Abdelkader, fort de cette bénédiction culinaire. « Pour les canaques, je suis l’Arabe, le Kabyles, Sadate, Nacer », plaisante encore Abdelkader, dont les aïeux sont issu d’un douar proche de Djidjelli, en Algérie. Les Boufenèche ont une passion pour les chevaux, et un Nadir, fils d’Abdelkader, est considéré comme le meilleur cavalier de l’île. « Il s’est présenté aux élections municipales », annonce satisfait le père. Sur le blason de la commune de Bourail, figurent deux chambrantes, symboles de la présence canaque, mais aussi le croissant arabe, rappelant les origines de la commune, créée de toute pièce par l’administration coloniale. Ancien président de l’Assemblée territoriale, Taieb Aifa et maire de Bourail depuis 1922 et fier de son ascendance kabyle : « A Bourail, nous avons su garder les traditions, tandis qu’à Nouméa il n’y’a même plus de « carré des arabes » au cimetière ; les gens se sont laissées européaniser ». Abdelkader Boufenèche et lui, ont effectué un voyage aux sources, sur la terre kabyles en 1986. « J’ai eu un choc terrible, raconte Taieb à Aifa, lorsqu’à El Eulma, j’ai retrouvé la terre ou mon père était né mais, l’émotion passée, il a fallu nous rendre à l’évidence ; il nous serait culturellement d’y vivre. Un siècle après, nous étions des déracinés. A partir de ce moment, mes convictions se sont renforcées pour reconnaître ici, en Nouvelle-Calédonie, aux premiers occupants du pays le droit de revendiquer une identité pour eux-mêmes ». « Les vieux vont disparaître avant la fin du siècle, la langue qui avait été transmises par les déportés sera perdue. Garce à la langue, aux traditions, au souvenir de cet histoire douloureuse, ses gens ont pu tenir, se serrer les coudes, et rester des êtres humains. Ils sont porteurs d’un exil par filiation. Pour eux l’Algérie est un mythe », poursuit Mehdi Lalaoui. Aujourd’hui, cette petite communauté semble tentée par un retour à l’islam. Mais les noms ou les prénoms qui avait été francisés au fil des générations, s ‘arabisent à nouveau. « Nous ne suivons pas beaucoup la religion,parceque c’est plus difficile ici, mais nous sommes musulmans quand même », assure Abdelkader Bouffenèche. « Régulièrement, nous avons la visite de personnes qui nous disent faire le tour du monde pour porter la parole de l’islam », ajoute-t-il. Depuis plusieurs années, la construction de mosquées est envisagée à Bourail. « Disant plutôt un centre culturel, parceque, si nous disons centre coranique, cela passera mal » insiste Abdelkader. Contact avait été pris par des bailleurs de fonds en Arabie saoudite. « Le projet a été contrecarré, mais à présent il est relancé », précise Taieb Aifa, que ses adversaires politiques surnomment le « calife de Bourail ».
Ces Kabyles du Pacifique se sentent-ils plus près des Caldoches que des Canaques ? « Là où il passait, ces musulmans laissaient traîner tant de noyaux de dattes en Calédonie on repère aussitôt leurs habitations. Partout où il y’a des palmiers, il y’a eu des fils de Mustapha, de Taieb ou de Mohamed

.D’UNE COLONISATION A L’AUTRE

En1878, pour mater la première insurrection kanake en Nouvelle-Calédonie, les colons font appel à des prisonniers kabyles. Certains s’engagent dans la répression, d’autres s’y refusent ;
Un cinquantenaire approche, celui de la guerre d’Algérie, Après Vichy, un autre débat risque d’agiter la conscience des Français. Non que notre amnésie sur l’affaire algérienne ait été aussi remarquable que celle que l’on prête sur Vichy. Nous n’avons pas non plus laissé à des chercheurs étrangers, comme nous l’avons fait pour l’occupation, le soin d’éclairer l’opinion sur cette page douloureuse de l’histoire dont les conséquences se font sentir jusque dans l’Algérie aujourd’hui.
Dés las années 60, en effet, le travail d’investigation mené par exemple par Yves Courrière (La guerre d’Algérie, chez Fayard) a permis à beaucoup de Français d’ouvrir les yeux sur un système colonial que Frantz Fanon (Les Damnés de la terre. François Maspero) ou Albert Memini (Portait du colonisé, pauvert) avaient à l’époque dénoncé, plus confidentiellement il est vrai. Des œuvres romanesques ou de simples témoignages, comme celui d’Enri Alleg (La Question, Editions de Minuit) à propos de la torture, ont jeté très vite le trouble parmi les citoyens.
Une traversée dans les cages de fer.Dans cette quête à risque du passé, avant de jeter des anathèmes, il convient d’abord de revenir sur les fait, longtemps cachés aux français ; Arte a diffusé, au printemps dernier, un documentaire sur les massacres de Sétif, un certain 8 mai 1945, de Mehdi Lallaoui et Bernard Langlois ; en septembre 1992, Planète avait également montré un autre documentaire du même Lallaoui, Le Silence du fleuve, qui racontait la sinistre journée du 17 octobre 1961 à Paris, où plusieurs centaines de manifestants algériens furent précipites dans la Seine, Maurice Papon était alors préfet de police. Faut-il rappeler que , ce sujet, le film tourné en 62 par Jacques Panigel, octobre à Paris, a été censuré pendant douze ans ?
Remontant dans le passé de la colonisation de l’Algérie, Mehdi Lalaoui revient à la charge, si l’on peut dire, cette semaine avec une pathétique histoire, Kabyles Pacifique. L’Algérie en 1871. L’armée française vient d’écraser un premier soulèvement général en Grande Kabylie. Quelque deux cent responsables de la rébellion, survivants, sont traduits devant la cours d’assises de Constantine. Verdict : Le bagne en Nouvelle-Calédonie. Au cours de l’interminable traversée dans les cages de fer, puis à l’île des Pins, au large de Nouméa, les exilés souffrent et fraternisent avec d’autres vaincus, ceux de la commune. Louise Michel, déportée elle aussi note leur silencieuse dignité.
En 1871, éclate la première insurrection canaque. La peur s’empare des blancs à Nouméa, et l’on fait appel aux bagnards comme ultime rempart. Espérant une remise de peine, une partie des Kabyles s’engagent dans la répression contre les Canaques. Les autres, autour d’Aziz Aheddad, un de leurs chefs, s’y refuseront, solidarité du colonisé oblige. Ils sont soutenus par Louise Michel, encore elle, admirable d’énergie, malgré le fer aux pieds.
De toute façon, le colonisateur ne sera guère reconnaissant, une fois la révolte canaque matée.L’amnistie accordée aux communards à partir de 1879 ne s’applique pas aux Kabyles, qui restent assignés à résidence dans la grande île. C’est que les colons d’Alger qui se sont appropriés les biens et les terres des bannis font pression pour éviter leur retour sur le sol algérien. Quand, le 22 août 1895, à Nouméa, après vingt ans d’exil s’embarquent quelques rares survivants, l’assignation à résidence étant enfin levé, les autres déportés, désespérant de revoir leur Algérie natale, ont fait souche dans ce coin du Pacifique oublié. Etonnant hasard : Ce même jour du 22 août 1895, s’éteint à Paris, dans les bras du communard Eugène Mourot, ancien déporté à l’île des Pins, qui lui, a offert un ultime asile, Aziz Aheddad, l’irréductible, qui s’est évadé du bagne, et que toutes les polices. Les derniers communards se cotiseront pour rapatrier son corps en Kabylie.
Mehdi Lalaoui a reconstitué cette exceptionnelle histoire, où l’on passe d’une colonisation à une autre, où l’on rencontre la détresse et la fraternité. Et il a gravé sur la pellicule des visages de ces fils d’exilé. Aicha Benmaamar, née en 1911 sur le sol calédonien, œil fougueux et attendrie, lance : « Mon père était un bel Arabe. Il rêvait de rentrer en Algérie ». Ils sont 1500 environ, aujourd’hui à travers le caillou, fermiers, éleveurs à la manière australienne où chauffeurs de taxi à Nouméa. Ils forment une communauté comme il en existe de multiples en Nouvelle-Calédonie, certes métissée, mais encore soudée, fière de ses origines, la tète encore plein de contes kabyles et de ciels d’Afrique. Dans la « vallée des Arabes », à Nessadlou, près de Bourail, ils s »accrochent aux traditions, certains réclament une mosquée, mais le parlé arabe est en cours de disparition.
« Pour eux, l’Algérie, c’est un mythe ». Dit Mehdi Lalaoui. Lors d’un voyage en 1986 dans cette Algérie trop rêvée, et à présent terrorisée, Taieb Aifa, maire de Bourail, ancien président de l’assemblée territoriale, a surtout compris qu’il était devenu Calédonien. Le rêve s’est brisé. Mais après Ouvéa en 1988, la communauté s’est inquiétée comme les européens. Allait-on pouvoir rester ?
Taieb Aifa, se sent proche des Canaques, évidemment. L’ancien colonisé ne se sent pas l’âme d’un colonisateur. Le maire de Bourail a fait construire près de sa maison une case canaque par des mélanésiens. Un symbole. « J’estime que je suis ici chez moi, explique-t-il, mais avant moi, il y a eu une autre appartenance à cette terre ».

Régis Guiyotat
in le journal Le monde du 25/10/1995
( Tanemirt i Muhand f’ assekil ayi )

La Rahmaniya, de l’origine à nos jours

La Rahmaniya
de l’origine à nos jours

Le nom Khalwatiya prend son origine de la Khalwa (retraite) qui est le plus important des fondements de cette méthode de direction spirituelle qui remonte au saint Prophète ssp.

Le Caucase et l’Azerbaïdjan forment le berceau de la Khalwatiya qui s’est très vite étendue à l’Anatolie et aux provinces arabes de l’empire Ottoman. Les premiers adeptes de cette tariqa semblent avoir clairement subi l’influence de l’école Akbari de Sidi Muhi Eddine Ibn Arabi dont l’enseignement était alors très vivant à Konya.

Il semblerait que le premier disciple ayant adopté le surnom de khalwati soit Sidi Mohammed Ibn Nour El Balisi (probablement originaire de l’actuelle Tbilissi) surnommé Siraj Al Awliya (diadème des saints) et initié par Ibrahim Ezzahed. Beaucoup d’adeptes sont connus par ce surnom pour signifier leur appartenance à la tariqa dont il est classique de dire que l’un des principaux fondateurs est l’Iranien Abou Najib Sahrawardi. Cependant la fixation définitive de ses règles et de ses fondement revient à son neveu Sidi Shihabou Eddine Omar Ibn Mohammed Sahrawardi (décédé en 632 de l’hégire), auteur des Aouarif Al Maarif (les quintessences des connaissances) souvent confondu avec son homonyme Shihabodine Yahia Ibn Habach Sahrawardi mystique et philosophe néoplatonicien mort en en 587h.

Après une vie consacrée aux sciences exotériques, Sahrawardi entra en Khalwa sous la direction de son oncle Abou Najib et y demeura jusqu’à un âge avancé, puis en sortie pour propager l’enseignement de la tariqa. Sidi Mustapha Kamal Eddine El Bickri (décédé en 1162h-1748), soufi voyageur et poète, célèbre pour son Wird Essahar, initié par Sidi Abdou Latif Al Halabi (de Alep en Syrie) El khalwati, est à l’origine de l’introduction de la tariqa en Egypte. Il initia à son tour le doyen de la prestigieuse université d’Al Azhar, Sidi Ben Salem El Hafnaoui (décédé en 1181h- 1767).

Celui-ci avait pris sous sa protection un jeune Chérif originaire des montagnes de Kabylie, Sidi M’hammed Ibn Abderrahmane Ibn Yousouf Al Idrissi Al Hassani Ezzouaoui Al Azhari. Sidi M’hammed est issu de la faction des Aït Smaïl de la tribu bérbérisée des Kachtoula, où il naquit, selon certaines sources, en 1133 de l’hégire. Issu d’une famille maraboutique, il fut très tôt dirigé vers les sciences de la religion. Il étudiât dans une des zaouyate du djurdjura surnommé Montagne de la lumière (Djebel El noure), en raison du très grand nombre de centre de rayonnement spirituel et religieux que comptait cette région. Il apprit le saint Coran et les fondements de la religion auprès du Cheikh Sidi Hussein Ibn Arab des béni Iraten, qui fonda sa zaouya après son retour d’Egypte. Probablement sous l’influence de son cheikh, Sidi M’hammed fait, à son tour, le voyage pour Al Azhar et réside dans le riouak (galerie) des maghrébins. Là il se lie d’amitié avec « le petit Malik » (fameux commentateur de Khalil) Cheikh Ahmed Edderdir (1127-1207/1715-1786) qui prendra la succession du Cheikh Al Hafnaoui, à la tête de la tariqa. Par l’entremise d’Edderdir, Sidi M’hammed rencontrera Cheikh El Hafnaoui qui l’initia, dirigea sa progression dans la tariqa et le fit entrer en kalwa. Apres quoi le cheikh El Hafnaoui l’envoie pour un long périple en Inde et au Soudan où il initia, parmi d’autres, le Sultan du royaume de Drafour. Sa syaha (voyage spirituel) dans ces contrées durera six années. Puis à de retour en Egypte, le cheikh l’autorisa à repartir dans son pays. Après une absence de 30 ans, il revint dans sa faction les Aït Smaïl et fonda vers 1183 de l’hégire, la première zaouya Khalwatiya du Maghreb. Il initia de nombreux disciples autochtones dont Sidi Errahmouni auteur d’ouvrages de grammaires et de jurisprudence dans le rite malékite…

Puis, il rejoint El DjazaÏr où, dans ce qui sera plus tard le quartier du Hamma, il fonde sa grande zaouya qui rayonnera sur toute l’Algérie. Cette zaouya, accueillant les pauvres, les orphelins et les étrangers, est aussi une université où de nombreuses sciences sont enseignées. Elle devient le lieu privilégié de la Khalwa de ceux qui viennent demander l’initiation. Le cheikh aura pour disciples Sidi Abderrahmane Bacha tarzi El Kosantini qui propagera la tariqa dans le constantinois et dans tout l’est du pays, Sidi Ibn Azzouz El Bordji, Sidi Ameziane El Haddad, chef spirituel de la révolte d’El Mokrani, Sidi Ahmed Tidjani fondateur de la tariqa Tidjaniya et bien d’autres.

Il rédigea de nombreux ouvrages peu connus du grand publique, dont la plus part demeurent sous forme de manuscrits.

Lorsque le cheikh sentit sa fin venir, il retourna dans son village ou il décéda. Après sa mort un grave conflit éclata entre les rahmani d’Algérie qui, voulant le voir enterré dans la grande zaouya, volèrent sa dépouille du cimetière des Aït Smaïl, et les rahmani kabyles qui apprirent le vol. On décida de trancher ce conflit en ouvrant la tombe kabyle. Et la légende populaire affirme que l’on retrouva la dépouille telle qu’elle fut enterrée. Depuis Sidi M’hammed est surnommé Bou Quabrine (le saint aux deux tombeaux) pour témoigner d’un de ses nombreux prodiges.

La tariqa Rahmaniya continua à prospérer à travers le pays. De nombreuses zaouiyate sont fondées ici et là. La Rahmanya devient très vite la tariqa qui compte le plus d’adeptes en Algérie. Cette donnée va profondément être modifiée par l’arrivée, en 1830, des troupes françaises. La seconde moitié du XIX siècle sera un période tragique de l’histoire de l’Algérie ; elle sera marquée par la résistance farouche des autochtones à l’invasion coloniale. Très vite apparaîtra le nom de l’Emir Abdelkader comme le porteur de la bannière du Djihad. L’Emir organise la résistance et œuvre à la création d’un état moderne. Il créé des comptoirs, des manufactures, met sur pieds une organisation administrative efficace. Il s’aménage des bases arrières, notamment dans la zaouya d’un jeune guerrier lettré et rompu aux sciences religieuses qui vient le voir un jour de l’année 1844 pour prêter allégeance et se mettre sous ses ordres. Ce cheikh se prénommait Sidi Mohammed Ibn Abi Al Kacim. Il reçut de l’Emir, l’ordre de revenir dans son village et de fonder une zaouya pour former des musulmans conscients de leur devoir de djihad contre l’envahisseur chrétien. Il était originaire de la petite bourgade d’El Hamel dont la création, remontant au XI siècle, revient aux pèlerins chorfa de Djebel Rached descendants de Sidi Bouzid.

Sidi Mohammed Ibn Abi Al Kacim est né en 1239h. Apres son instruction élémentaire, il est envoyé au Djebel Ennour dans la zaouya de Sidi Saïd Ibn Abi Daoud pour approfondir ses connaissances. Il finit par y enseigner à son tour. Mais sur l’ordre de son cheikh, que les Chorfa d’El Hamel ont sollicité, il revint dans son village pour assurer la formation des enfants. Cependant et en raison de son savoir et de ses connaissances en théologie, le qotb Sidi El Mokhtar Ibn Abderrahmane Ibn Khalifa fondateur de la zaouya des Ouled Djellel, lui demande de venir enseigner dans sa zaouya un publique de tolba ( étudiants ) de haut niveau. Cheikh El Mokhtar finit par lui confier la direction de la zaouya comme principal moqadem. C’est dans cette prestigieuse zaouya que Sidi El Mohktar fait entré le cheikh en Kalwa. Sidi El Mokhtar a été initié par Sidi Ali ben Amar, fondateur de la Zaouya de Tolga. Lui-même initié par Sidi Ben Azzouz El Bordji disciple de Sidi M’hammed Ibn Abderrahmane puis à la mort de celui-ci, du Cheikh Bacha Tarzi El Kosantini.

A la mort de Sidi El Mokhtar, le cheikh revint à El Hamel ou il fonde la grande zaouya, conformément, aux vœux de l’Emir, et fait entrer les mourides en Khalwa.

Il participera activement au djihad de l’Emir par la formation de combattants à l’esprit éclairé imprégnés des valeurs de la guerre sainte. La zaouiya constituera une des plus importantes bases arrières des troupes de l’Emir. On y accueille des milliers de disciples dont le cheikh prend en charge les besoins matériels et spirituels et auxquels il enseigne les sciences religieuses telle le fikh malékite, le tawhid, le tasawouf, les mathématiques, l’astronomie, la philosophie et ses différentes branches…

La grande révolte d’El Mokrani va être à l’origine d’une mise en avant du cheikh khalwati qui, fidèle aux ordres de L’Emir Abdelkader, alors en déportation, continue modestement son enseignement. Cheikh Al Haddad, chef spirituel de l’insurrection d’El Mokrani, rédige, avant son arrestation, un testament dans lequel il recommande à ses fils et à ses disciples de rallier le Cheikh d’El Hamel qu’il nomme le soufre rouge : « Alaïkoum bil Kibrit El Ahmer ». El Haddad mourra en captivité quelque mois après son arrestation en 1290h. Les mokrani et les nombreux disciples de la Rahmaniya, qui ont échappé à la déportation, mais non moins dépossédés de leurs terres et de leurs biens regagnent El Hamel, où ils se placent sous la protection du cheikh. L’administration coloniale lui fera payer très cher ses prises de positions, mais évitera soigneusement de l’atteindre directement en raison de sa notoriété. Il sera assigné à résidence et ne se déplacera que munie d’une autorisation spéciale jusqu’à sa mort en 1315h.

La chefferie de la zaouya sera assurée après lui, par sa Fille Lalla Zineb qui continuera jusqu’à sa mort, huit ans plus tard, à assurer l’enseignement. Isabelle Eberhart écrira dans ses notes de voyages de très belles lignes relatant sa rencontre avec la sainte femme.

Plus tard un événement majeur fera de la zaouya d’El Hamel le pôle de la tariqa Rahmanya. L’administration coloniale, pour des raisons prétendument sécuritaires, interdit aux autochtones l’accès à la zaouiya de Sidi M’hammed Ibn Abderrahmane à Alger. Se souvenant de la recommandation du Cheikh El Haddad, les moqadem des zaouiyate Rahmanya se dirigèrent vers le Cheikh d’El Hamel qui est alors Sidi Mustapha père de Sidi Mohammed Al Maamoun actuel Cheikh de la zaouya. Le cheikh Mustapha imposa au gouverneur d’Alger dans une entrevue restée célèbre, la réouverture de la zaouya d’El Hamma.

Depuis lors, toutes les zaouyate Rahamniya de Kabylie commémorent cet événement une fois par ans, par une zyara (une visitation) à El Hamel où le dikhr rahmani récité par les Khouanes ( frères ) fait écho aux chants mystiques clamés en berbère par les femmes.

Extrait du site :http://membres.lycos.fr/rahmaniya/historique.phpl

L’armée coloniale tue et déporte

L’armée coloniale tue et déporte

L’insurrection de 1871 constitue une nouvelle page glorieuse dans la lutte du peuple algérien pour sa liberté et sa dignité. Elle a une signification éminemment politique dans la mesure où elle se veut une riposte aux mesures injustes prises par les autorités coloniales à l’égard des Algériens et dont le décret Crémieux du 24 octobre 1870, qui déclare en bloc les juifs algériens citoyens français, a été la goutte qui a fait déborder le vase. Ce décret vient s’ajouter aux autres lois scélérates déjà en vigueur, en particulier la loi dite Sénatus Consulte du 22 avril 1863 qui déclare : les terres collectives « arch » accessibles à la propriété individuelle au profit des colons. Cette loi sera d’ailleurs complétée par la loi Warnier du 26 juillet 1873 qui soumet le régime foncier à la loi française (4, 441). Ces lois injustes sont venues déposséder de leurs terres les fellahs algériens, déjà pénalisés par les conditions naturelles défavorables, en particulier la sécheresse de 1868 qui a fait 500 000 morts (3, 59 et 107). Avec la chute en 1870 du Second empire dirigé par Napoléon III face à l’Allemagne de Bismarck, la situation est jugée propice par les nationalistes algériens pour déclencher « la plus grande insurrection qui ait secoué l’Algérie » (3, 107). Selon Mustapha Lacheraf : « Des centaines de milliers de combattants entraînent dans le mouvement les 2/3 du pays » (idem). La grande insurrection de 1871 était d’abord dirigée par Al Hadj Mohamed Al Mokrani qui, sitôt démissionnaire de son poste de bachagha de Médjana inaugure le 15 mars 1871 l’insurrection. Quelques jours après, le 8 avril, se joindra à lui cheikh Al Haddad qui lance l’appel au djihad après la prière du vendredi à Saddouk, fort du soutien des confréries religieuses, en premier lieu celle de la Rahmania à laquelle il appartient. L’insurrection d’Al Mokrani et d’Al Haddad coïncide avec le soulèvement de la commune de Paris, noyée dans le sang par les soldats du régime chancelant de Thiers. C’est aussi par le fer et le sang que ce régime a fait face à l’insurrection de Kabylie en dépêchant comme gouverneur général l’amiral Gueydon qui acquerra la sinistre réputation de sanguinaire. Guidés par la foi et animés de courage, les combattants algériens ont mené près de 340 batailles (1, 308) dont les plus célèbres sont citées par Tahar Oussedik (6,34 et 82). Malgré leur volonté et leur bravoure, les 200 000 combattants algériens (1, 308), n’ont pu tenir devant l’armée coloniale, mieux équipée et estimée à 800 000 hommes (idem). C’est par un véritable carnage que se termine l’insurrection, faisant 60 000 morts du côté algérien, contre 20 000 du côté français (idem), soit 3 pour 1. La répression militaire est suivie d’une oppression forcenée dans le domaine foncier par la confiscation des terres appartenant aux familles d’insurgés et celles des familles manifestant la moindre sympathie avec ces derniers. En tout, plus de 2 640 000 ha sont frappés de séquestre (3, 67) et seront distribués en grande partie aux Français d’Alsace et Lorraine chassés par l’Allemagne et qui sont venus grossir les rangs des colons et se nourrir de la sueur et du sang des propriétaires algériens. A la confiscation des terres, s’ajoutent les sanctions pécuniaires, tribut de guerre estimé par T. Oussedik à 10 238 500 F en Kabylie, 1 228 620 F à Aumale et Beni Mansour, soit au total 11 467 122 F (6, 129-130). D’autres auteurs estiment le tribut plus élevé et le chiffrent à 36 000 000 F (1, 381). La répression judiciaire vient compléter la vengeance aveugle des atrocités coloniales. Une série de procès se tient dans l’Algérois et dans le Constantinois et dont le point commun est leur caractère démesuré et expéditif. Ainsi, après, au champ de bataille d’Al Mokrani, le 6 mai 1871, les chefs de l’insurrection finissent par tomber l’un après l’autre entre les mains de l’occupant. Ce sont d’abord les fils de Cheikh Al Haddad, Aziz (30 juin 1871) et son frère M’hammed (2 juillet) qui sont capturés, puis Boumezrag, le frère d’Al Haddad, qui sera arrêté à son tour, en janvier 1872. Pour faire le silence sur le fondement éminemment politique du soulèvement, les autorités coloniales ont tout fait pour réduire les faits à de banals actes de vol, de vandalisme et de pillage relevant du droit commun. Aussi, les accusés comparaissent-ils devant la cour d’assises siégeant à Constantine, Blida et Alger. Dans son ouvrage consacré à l’événement, appelé d’ailleurs 1871, Tahar Oussedik nous fournit d’intéressantes précisions sur les chefs de l’insurrection jugés par chacune des juridictions évoquées. Ainsi, la cour d’assises de Blida a jugé Si Ameziane Oukezouz et Si Mohand Oubraham qu’elle a condamnés à la déportation. De son côté, la cour d’assises d’Alger s’est occupée des Ouled Mahieddine de Taouarga, du Cheikh Al Djaâdi et d’Al Hadj Mohand Ould Hadj Belkacem qu’elle a condamné à la réclusion à vie. Quant à la cour d’assises de Constantine, c’est devant elle que se sont déroulés les procès les plus retentissants avec le jugement des grands chefs de l’insurrection, à leur tête Boumezrag, Cheikh Al Haddad et ses deux fils Aziz et M’hand. Les procès de Constantine sont les mieux connus pour être couverts par les observateurs et les plus évoqués par les chercheurs. Parmi ces derniers, Mehdi Lallaoui se distingue par son ouvrage édité en première édition en 1994 par Au nom de la mémoire sous le titre Algériens du Pacifique – Les déportés de Nouvelle-Calédonie, et en deuxième édition par la maison Zyrâb (Alger) en 2001. En fait, c’est un travail collectif auquel ont participé chercheurs, enquêteurs, photographes, correcteurs et techniciens en photographie. Publié sous son nom, l’ouvrage de Lallaoui nous fournit d’intéressantes informations sur le procès de Constantine. Avant d’être traduits devant la cour d’assises de Constantine, les inculpés ont fait l’objet d’une information judiciaire instruite par les cabinets d’instruction de Constantine, Sétif, Philippeville et Alger. Puis, dans un souci de regroupement, il y a eu dessaisissement au profit du juge d’instruction de Sétif. C’est ainsi que le 21 septembre 1872, la chambre des mises en accusation de la cour d’appel de Constantine rend son arrêt de renvoi devant la cour d’assises de cette ville. Selon l’acte d’accusation notifié en septembre et en décembre de la même année, les insurgés sont accusés « d’avoir pris part, à des degrés divers, à des actes d’insurrection, exécutés de concert, en diverses localités des provinces d’Alger et de Constantine », (5,34). La cour d’assises de Constantine a siégé en trois sessions, l’une ordinaire, marquant l’ouverture des procès le 10 mars 1873, les deux autres extraordinaires se tenant les 31 mars et 28 avril 1873. La cour d’assises est composée de 12 jurés, aux termes de l’article 394 du code d’instruction criminelle (8, 80). Ce sont tous des colons. Colons aussi sont les témoins au nombre de 600, venus charger les accusés en fermant les yeux sur les terribles vengeances et exactions subies par les Algériens depuis deux ans. Depuis le début des hostilités, 60 000 Algériens ont péri, soit trois fois plus le nombre de Français tués. Malheureusement, le bilan des pertes algériennes en vies humaines ne cesse de s’alourdir depuis la fin de l’insurrection, pratiquement en juillet 1871. Cela explique la politique de la terre brûlée menée par les autorités coloniales qui ont recours à la liquidation physique pratiquée de sang-froid dans les douars et mechtas. La particularité des procès de Constantine est la répartition des accusés en 10 groupes dont chacun correspond à une région donnée comme l’indique la liste donnée par Mehdi Lallaoui (5, 36) : 1er groupe : Bordj Bou Arréridj
2e groupe : Boumezrag Mokrani (« un groupe à lui tout seul ! », s’exclame Mehdi Lallaoui)

3e groupe : La Hodna

4e groupe : Les Righas

5e groupe : Le cercle de Bougie

6e groupe : Djidjelli, Collo, El Milia et Mila

7e groupe : Ouled Aziz (subdivision d’Aumale)

8e groupe : Tizi Ouzou

9e groupe : Draâ El Mizizan

10e groupe : Cercle de Bougie

(2e section). L’établissement de ces groupes traduit sans doute le souhait de l’état-major français d’émietter les faits dans le but de leur ôter le caractère politique qu’ils méritent et de les présenter sous l’aspect banal de crimes et de délits de droit commun se ramenant au vol, pillage et meurtre. Un historien militaire, le commandant Louis Rinn, reconnaît ce traitement sélectif et écrit : « Le seul procédé pratique pour obtenir sur le jury une impression défavorable aux accusés était de les présenter comme des malfaiteurs ordinaires, chefs ou complices des assassins, incendiaires, pillards et voleurs qui se rencontrent partout à la remorque des insurrections. » C’est ce qu’a fait le parquet général. Parmi les dizaines de milliers de combattants, il a fait le choix de quelques centaines d’individus qu’il a poursuivis pour en faire un exemple. Puis, il s’est attaché à présenter les faits de 1871 comme une série d’actes de droit commun soumis à des jurys différents en plusieurs sessions d’assises (5, 37). Un comportement révélateur de la psychologie du procès. Cette conception est contestée par la défense qui s’élève contre la disjonction des dossiers et réclame, en vain, le jugement en même temps des chefs de l’insurrection. Les avocats, tous métropolitains, défendent « avec panache et honnêteté leurs clients », selon l’expression de Mehdi Lallaoui (idem). Ils invoquent la suspicion légitime pour faire juger les accusés devant des cours d’assises de métropole. Ils ne manquent pas d’affirmer le caractère politique du soulèvement et, par conséquent, du procès, comme le souligne Me Lacet à l’audience du 10 mars 1873 : « L’insurrection n’est pas une série de crimes de droit commun ni une série d’actes dus au hasard, c’est un grand fait politique longtemps concerté et dont les causes s’enchaînent les unes aux autres. C’est un de ces évènements sur lesquels nous aurions désiré une enquête parlementaire. Aujourd’hui tous ces faits semblent devoir disparaître. Au point de vue politique, on dissèque cette affaire, on veut la tronquer. Comment peut-on classer les responsabilités des accusés si on ne connaît pas les mobiles qui ont dirigé leur volonté ? Qui ne connaît la sujétion des indigènes à leurs chefs ? … » (idem). Un autre avocat, Me Jules Vabre, dénonce « l’arbitraire qui avait présidé au hasard de l’accusation » et situe la finalité de la loi qui, dit-il, « est une pour tous et la justice n’a pas le droit de choisir entre les coupables, sinon elle n’est plus la justice » (Idem). Le procès de la première session est marqué par la présentation, par Aziz Ben Cheikh Al Haddad, d’un mémoire dont voici un extrait cité par Mehdi Lallaoui : « Quant à la prison, à l’opprobre, à la mort, à la spoliation, à l’incendie et aux coups, tout cela ne ramène pas les gens à l’obéissance : peut-être même ces choses augmentent-elles dans le cœur des gens et de leur suite, la haine et l’inimité contre le gouvernement. Personne, du reste, ne peut être satisfait du trépas de son frère, de son père ou de son fils. Quant à ceux que l’on retient loin de leur patrie, le cœur de leurs proches meurt d’angoisse pour eux à cause de la longueur de la séparation. On finit par les croire morts, car on ne peut s’occuper autant des absents que de ceux qui sont présents. Or, en l’année 1871, combien de gens se trouvaient en prison ou en gage entre les mains du gouvernement pour fait de révolte s’étant produit dans les années antérieures, dont les tribus, les parents et les frères semblaient ne pas s’occuper ? Et qui sait, si le plus grand nombre de tribus insurgées dans l’année 1871 ne se composaient pas de parents et de gens détenus en prison, qui se seraient révoltées contre le gouvernement avec réflexion exclusivement à tous les autres, parce que leur cœur était déchiré de ce que leurs frères étaient en prison ou avaient été mis à mort. Et alors même que la prison eut été au loin, les tribus de ces gens détenus en France ont peut-être été les premières à se lancer dans la révolte contre le gouvernement, dans l’espoir de délivrer leurs frères, leurs proches et leurs fils » (5, 39). Le mémoire de Aziz Ben Cheikh Al Haddad est un document de 100 pages ainsi préfacé par son avocat, Me Léon Séror : « Que n’a-t-on pas dit et que n’avons-nous le droit de dire contre les bureaux arabes et leurs officiers ? En ne disant toutefois que ce que nous savons, que ce qu’on nous a révélé, en dernier lieu, l’étude consciencieuse de tous ces dossiers, nous aurons peut-être assez fait pour saper l’édifice de ces “Templiers des temps modernes”. Espérons que ce procès sera le coup de grâce pour cette administration » (5, 38). Les peines prononcées dans les différentes phases des procès sont lourdes dans la mesure où la plupart des accusés sont condamnés à mort et la peine est exécutée pour bon nombre d’entre eux. Les autres ont vu leur peine commuée en détention à vie avec déportation comme Cheikh Al Haddad et son fils Aziz eu égard à leur rang : ils sont médaillés de la Légion d’honneur. A ce titre, le régime de Thiers qui a réprimé au même moment le soulèvement de la commune de Paris, a traité différemment l’insurrection algérienne en la traitant d’actes relevant du droit commun, alors qu’il a attribué le caractère politique à l’action des insurgés communards. Deux poids et deux mesures. Chronologiquement, la condamnation de Boumezrag, le frère d’Al Mokrani est antérieure à celle des Al Haddad. Elle date du 26 mars 1873. Agé et épuisé suite à sa retraite, Boumezrag est capturé, jugé et condamné à mort, mais verra sa peine commuée en travaux forcés à perpétuité et sera déporté en Nouvelle-Calédonie en compagnie du Caïd Ali, Mohamed Amokrane Oukaci et Si Mohamed Oukaci Ousahnoune. Quant à Cheikh Al Haddad et ses enfants Aziz et M’hand, ils seront condamnés le 19 avril 1873, le premier à cinq ans de détention, les deux derniers à la détention à perpétuité dans une enceinte fortifiée et seront déportés comme Boumezrag en Nouvelle-Calédonie en application de la loi du 23 mars 1872 (art. 2 et 3) qui fixe les lieux de déportation que sont : la presqu’île de Ducos, l’île des Pins et l’île Maré (8, 700) et la loi du 25 mars 1873 qui règle les conditions de déportation dans cet archipel (op. cit). Le moment fort du procès de Cheikh Al Haddad se situe au moment où le président de la cour prononce le verdict : 5 ans de détention, ce à quoi le vénéré cheikh qui vient à peine de dépasser la quatre-vingtaine lui lance cette appréciation devenue célèbre : « Vous me donnez cinq ans, Dieu ne m’accorde que cinq jours » (10, 9). Il mourra le cinquième jour dans sa cellule et sera enterré au cimetière de Sidi Mebrouk de Constantine, contrairement à son vœu d’être enterré à Seddouk. Même mort, Al Haddad fait peur à la France. Boumezrag, Aziz et M’hand Al Haddad figurent parmi les quelque 500 Algériens déportés en Nouvelle-Calédonie. Ils sont embarqués le 10 mars 1873 à bord des vaisseaux Calvados et de La Loire du port de Brest, en Bretagne. Après cinq mois de navigation, ils arrivent à Nouméa, la capitale de la Nouvelle-Calédonie, le 17 septembre de la même année. Des dizaines d’entre eux sont morts au cours du voyage, faute de nourriture et de soins. Ceux qui restent en vie arrivent dans un état piteux. Dans leur nouvelle terre d’asile, les déportés algériens retrouvent les insurgés de la Commune, eux aussi réprimés dans le sang. Ils partagent tous la côte ouest de l’île des Pins, avec ce détail révélateur que les Algériens occupent le 5e lot, le moins fertile comparativement aux autres lots. Drôle d’humanité ! Il y a discrimination même dans le malheur. Le régime des déportés est des plus durs. Leurs bourreaux excellent dans l’art de l’asservissement et l’humiliation. En plus des contraintes physiques qu’ils font subir aux déportés par le travail quotidien intense, ils se réjouissent de servir aux prisonniers enchaînés par la « barre de la justice » la soupe dans les souliers ! Ce n’est là qu’une forme de brimades parmi tant d’autres infligées aux pauvres prisonniers sans défense, déjà fragilisés par leur séparation des leurs. Après six années de vie pénible en terre étrangère, apparaît une lueur d’espoir avec la Loi d’amnistie partielle du 11 juillet 1880. Alors que les déportés communards vidaient l’île pour rejoindre les leurs, bénéficiant de cette amnistie, les déportés algériens se voient exclus de cette mesure et ce, au mépris des dispositions claires de l’article 1er de la loi 1879 qui dispose : « L’amnistie est accordée à tous les condamnés pour faits relatifs aux insurrections de 1871 et à tous les condamnés pour crimes et délits relatifs à des faits politiques. » Malgré les termes clairs de la loi, les autorités de Nouméa rejettent la protestation des Algériens, arguant que seuls « les faits insurrectionnels survenus sur le territoire métropolitain » (5, 94) obéissent à la loi d’amnistie. Voilà une manière bien singulière d’interpréter la loi par ceux-là mêmes qui s’estiment investis d’une mission civilisatrice au profit des peuples qu’ils appellent « indigènes ». Las d’attendre et d’entendre les mêmes réponses méprisantes et affligeantes, certains déportés algériens ne tardent pas à mettre en œuvre un plan d’évasion dont le mieux réussi est celui de Aziz Ben cheikh Al Haddad. Quittant l’île des Pins en 1881, Aziz réussit à l’aide de petites embarcations à rejoindre la Nouvelle-Zélande puis Sidney, en Australie, avant d’arriver au Hedjaz, par le canal de Suez, où il s’installe quelque temps sous un faux nom pour échapper aux espions français lancés à ses trousses depuis qu’est signalé son passage par le canal. Durant son séjour assez long (15 ans) au Hedjaz, Aziz se serait marié et s’occupe à prendre en charge les pèlerins du Maghreb. En février 1895, le consul français à Djeddah fait en sa faveur une intervention auprès du ministre des Affaires étrangères. Véritable plaidoirie en faveur de l’amnistie, la lettre du consul est transmise avec son avis par le chef de la diplomatie française en février et en mars de la même année au garde des Sceaux, suite à la réponse négative du gouverneur général d’Algérie Cambon qui n’a pas trouvé mieux que de contourner la loi d’amnistie en invoquant des mesures coercitives du code de l’indigénat pourtant bien postérieur aux faits. C’est là, encore une fois, une entorse à la loi traduite par l’atteinte au principe de la non-rétroactivité des lois. Le gouverneur général croit faire une faveur à Aziz en lui proposant un exil en Tunisie ou même en Algérie, mais dans une région autre que la Kabylie. Une entorse à la loi pénale dans la mesure où l’interdiction de séjour est une peine complémentaire qui ne peut être inffligée que par la justice en présence d’une peine principale. Voilà comment sont piétinées les lois sous la IIIe République. A mi-chemin entre la terre de ses ancêtres et le bagne de Nouvelle-Calédonie où il est censé être jusqu’à nouvel ordre, Aziz Al Haddad poursuit son combat pour l’amnistie, aidé dans ce but par son ex-compagnon en déportation, le communard Rochefort, évadé lui aussi de la forteresse et bénéficiant ultérieurement de l’amnistie 1880. Il lui consacre de nombreuses colonnes dans son journal L’intransigeant. Un rassemblement de 1800 communards s’est tenu sous son égide à Vaugirard (Paris) pour soutenir l’amnistie des insurgés algériens. La campagne en faveur de ces derniers se poursuit et, en 1884, une pétition est déposée à la Chambre des députés par les déportés algériens. Malgré l’avis favorable de la commission chargée de l’examen de la demande, le ministre de la Guerre, par dépêche arrivée à Nouméa en mars 1885, se montre évasif et soumet le bénéfice de l’amnistie à de nouvelles mesures restrictives. Décidément, l’exécutif français est passé maître dans l’art de piétiner les lois. Rechefort revient en janvier 1886 à la charge en déposant à la chambre une proposition de loi à caractère urgent tendant à déclarer amnistiés les faits qualifiés : crimes ou délits politiques, délits de presse, de réunion et délits électoraux. Le texte étend l’amnistie aux « Arabes condamnés pour les insurrections de 1865 (Les Ouled Sidi Cheikh), NDA / de 1871 et 1880 (insurrection du Sud oranais, NDA). Au vote, cette proposition de loi est rejetée à cause du refus des députés d’Alger et de l’attitude d’atermoiement du gouvernement qui se montre fort indécis, voire non intéressé par la mesure à prendre face au problème des déportés algériens détenus pourtant arbitrairement jusque-là. En réaction à ce vote, Rochefort démissionne de son poste de député. « J’avais, dit-il, espéré que l’amnistie s’étendrait aux malheureux qui expient à cette heure les fautes des autres dans les prisons et bagnes métropolitains. » (5,110). La même année (1886), les déportés algériens écrivent au président de la République Jules Grévy. Saisies, les autorités pénitentiaires tergiversent, invoquent la raison d’Etat. A cette allure, tout laisse croire qu’il y a un Etat dans un Etat. Le nouveau projet de la loi d’amnistie est déposé en juillet 1889 au parlement. Clair dans ses dispositions, le texte parle de mise en liberté des détenus algériens « pour faits se rapportant à l’insurrection de 1871 ». Le 12 juillet, le parlement adopte le projet de loi, mais le Sénat le rejette le 15 du même mois. Ainsi, les détenus algériens qui sont retenus malgré eux en Nouvelle-Calédonie se voient contraints par la force des choses à occuper la place des communards libérés et semblent résignés à vivre dans un pays lointain qui n’est pas le leur. La plupart, comme Boumezrag Al Mokrani, se spécialisent dans le transport pour leurs connaissances équestres. Ce n’est qu’en 1895, soit 15 ans après la loi d’amnistie de 1880, que l’amnistie est enfin reconnue et la résidence obligatoire levée. Cela se fera sous le mandat du président Félix Faure. Cependant, la loi, encore une fois, n’est pas appliquée d’une manière impartiale puisqu’elle exclut Boumezrag, toujours captif, et deux autres insurgés en fuite. Cette mesure d’amnistie est le fruit de la lutte menée par Me Le Hennaf pour faire bénéficier les insurgés algériens de la loi d’amnistie de 1880. Dans sa plainte contre la direction pénitentiaire de la Novuelle-Calédonie, un document de 52 pages, l’avocat parisien établit en 1892 que « c’est arbitrairement et sans droit que furent rendus par la force en Novuelle-Calédonie les insurgés » (5,115) et qu’ils doivent bénéficier de l’amnistie de juillet 1880 « si le droit était appliqué » (idem). En application à cette amnistie tardive, « une poignée de déportés », comme l’écrit Mehdi Lallaoui (idem), s’embarquent de Nouméa le 22 août 1895, à l’exclusion, hélas de Boumezrag, rappelons-le. Le destin veut que ce même jour s’éteint à Paris Aziz Ben Cheikh Al Haddad à l’âge de 55 ans. Venu de Djeddah en juin pour plaider la restitution des terres de la famille Al Haddad auprès des autorités de Paris, il trouve refuge chez le commandant Eugène Mourot, son ex-compagnon de déportation, dans l’actuel boulevard Vaugirard, dans le XIe arrondissement. Certains auteurs (1,205) trouvent sa mort suspecte et affirment que, admis dans un hôpital parisien pour soigner un furoncle au visage, Aziz serait repéré et liquidé. Quant à Al Mokrani, malgré le succès de son entreprise de transport, il n’a pas renoncé à sa volonté de rentrer au pays. Chaque année, il renouvelle ses demandes aux autorités qui les rejettent, voyant en lui, même après 30 années de déportation, un danger potentiel s’il rentre en Algérie. Ce n’est enfin que le 23 janvier 1904, soit 24 ans après l’amnistie de 1880 qui devait lui être appliquée, que le président de la République Emile Loubet signe un décret de grâce mettant fin à la déportation de Boumezrag. Ce dernier arrive à Marseille le 2 juillet 1904 et le 21 du même mois, il adresse une lettre à Louis Vossion dans laquelle il décrit sa grande émotion en retrouvant le pays. Boumezrag est resté une année entre les siens avant de rendre l’âme en juillet 1905 à l’âge de 76 ans. Les procès des insurgés de 1871 sont riches en enseignements. Ils constituent d’abord le modèle des procès collectifs et expéditifs où se perd le principe de la personnalité, de l’infraction et de la peine consacré aussi bien en droit interne (procédure pénale) qu’en droit international (déclaration universelle des droits de l’homme et traités et conventions subséquents). Ce sont ensuite des procès qui ouvrent la voie à l’arbitraire dans le mesure où les lois venues améliorer le sort des condamnés sont tenues en échec par les différents échelons de l’exécutif censé appliquer ces lois au lieu de se substituer à elles et leur donner une interprétation tendancieuse au gré des caprices du régime. Ce sont enfin des procès qui reposent sur une série d’injustices et d’irrégularités graves, propres à tout régime impérialiste et sanguinaire qui ne survit que par le feu et le sang. Ils mettent en relief le visage hideux du colonialisme qui fait du droit deux lectures et qui ne recule devant rien pour assouvir ses appétits, quitte à traiter les nations opprimées en tant qu’humanité de seconde zone qu’il est en droit d’asservir et d’avilir.

Cet article est dédié aux descendants des déportés algériens en Nouvelle-Calédonie en visite dans notre pays.

Zeroual Abdelhamid

in EL WATAN du 31 mars 2005

Le long périple de Aziz Ahedad

Le long périple de Aziz Ahedad

par Djamel ALILAT

Des hommes mais aussi des femmes qui ont marqué l’histoire de la Kabylie et de l’Algérie. Figures de la résistance contre les invasions ennemies, ils sont devenus, chacun à sa manière, des légendes vivantes dans la mémoire collective du pays.

Que reste-t-il de leur passage ?

Notre reporter est parti à leur recherche.

Après quelques années dans ces îles perdues du Pacifique, Aziz Aheddad, matricule numéro 2937, s’évade vers l’Australie en 1881. Ce sera la première évasion d’un insurgé d’Algérie, suivie d’autres un peu plus tard.

L’ombre immense de cheikh Aheddad a quelque peu caché celle de ses fils qui ont également joué un grand rôle dans l’insurrection de 1871. Spécialement Aziz, le cadet, dont on dit qu’il maniait aussi bien le verbe que les armes et qu’il était destiné à prendre la succession de son père. Tous les historiens qui se sont penchés sur l’insurrection menée par les Belhaddad et les Mokrani sont unanimes sur le fait que c’est l’impétueux Aziz qui a persuadé son père de lever l’étendard de la révolte. La guerre déclarée, cheikh Aziz regroupe les hommes prêts au combat et divise son armée en deux groupes de 5 000 hommes chacun. Il prend aussitôt la direction de l’un des deux groupes et le commandement des archs de la rive droite de Oued Sahel-Assif Aâbbès. Au bout de péripéties sur lesquelles nous n’allons pas nous étendre, Aziz dépose les armes vers le 30 juin 1871. Son frère cheikh Mhand l’imitera quelques jours plus tard.

Toute la famille est arrêtée et emprisonnée. Tous ses biens sont mis sous séquestre. À Constantine au printemps 1873, au procès des insurgés, Aziz présente un mémoire d’une centaine de pages qu’il adresse à ses juges pour sa défense. Il écrit : “Quant à la prison, à l’opprobre, à la mort, à la spoliation, à l’incendie et aux coups, tout cela ne ramène pas les gens à l’obéissance…” Il sera reconnu coupable et condamné à mort comme beaucoup d’autres chefs, tels que Boumezrag El-Mokrani qui avait pris le leadership de la lutte lorsque son frère le bachagha El-Mokrani est tué au combat le 5 mai 1871 à Oued Soufflat près de Bouira. Étant membre de la Légion d’honneur comme pour beaucoup d’autres co-inculpés, la condamnation à mort de Aziz sera commuée en déportation en Nouvelle-Calédonie.

Les prisonniers sont tout d’abord envoyés à Toulon et à Brest avant d’être expédiés en Nouvelle-Calédonie. Enchaînés, enferrés, affamés et continuellement malades, ils subissent une interminable traversée de Brest à Nouméa qui dure cinq longs mois. À cause des conditions de vie et d’hygiène, certains y laisseront la vie. Lorsqu’ils débarquent, enfin, les survivants ne quittent l’enfer sur mer que pour le retrouver sur terre. Leurs conditions d’exil et de détention ne s’amélioreront que petit à petit, mais ils garderont toujours la nostalgie de leur pays et de leurs familles, pour de plus amples informations, voir l’excellent livre de Mehdi Lalloui Les Kabyles du Pacifique). Après quelques années dans ces îles perdues du Pacifique, Aziz Aheddad, matricule numéro 2937, s’évade vers l’Australie en 1881. Ce sera la première évasion d’un insurgé d’Algérie, suivie d’autres un peu plus tard.

Il voyage sur de petites barques d’île en île “[…] à travers une mer affreuse […]” et arrive en Nouvelle-Zélande. De là, il s’embarque vers l’Australie et se débrouille comme il peut avec les quelques mots d’anglais qu’il apprit auprès de ses amis, les communards français, compagnons d’infortune, déportés comme lui après une insurrection réprimée dans le sang. De Sydney, Aziz s’embarque pour l’Égypte.

Le consul de France à Suez charge ses espions de lui signaler l’éventuel passage de Aziz Ben Cheikh El-Haddad. En vain. Sa présence sur le sol égyptien n’est signalée que deux mois plus tard. Il était caché sous un faux nom et se faisait appeler El-Tahar Ben Hassan. Le 5 août 1881, il part pour La Mecque pour accomplir le pèlerinage. Il s’installe là-bas, se remarie et tente de refaire sa vie. Entre-temps, l’amnistie pour les insurgés de 1871 est enfin acquise mais les autorités françaises ne veulent toujours pas entendre parler de son retour en Algérie. Aziz est jugé… l’un des chefs les plus dangereux et il faut le maintenir éloigné du pays. “Si Aziz ne doit pas rentrer en Kabylie. J’estime qu’il y a lieu de l’inviter à se rendre en Tunisie, sinon je lui indiquerai la région dans laquelle je l’autoriserais à résider en Algérie”, écrit le gouverneur général de l’Algérie. Le 22 août 1895, à l’âge de 55 ans, Aziz Aheddad décède à Paris. Venu de Djeddah au mois de juin réclamer la restitution des terres de sa famille, il s’éteignit au domicile de son ami et compagnon de déportation, le communard Eugène Mourot. Ses amis se cotisèrent pour rapatrier la dépouille en Algérie.

La dame que nous avons rencontrée à Seddouk Oufella a, cependant, une autre version : “À Paris, il est rentré à l’hôpital pour un simple bouton. Là, ils se sont rendu compte qu’il s’agissait de cheikh Aziz Belheddad et ils l’ont empoisonné. Non, il n’est pas mort de mort naturelle.” Elle se lamente du fait que beaucoup de souvenirs aient été perdus ou égarés comme les lettres que Aziz écrivait à sa femme en kabyle. Elles ont été empruntées par une collégienne qui a omis de les récupérer. Notre takhounith nous raconte encore que le jour de l’arrivée de la dépouille de cheikh Aziz au port d’Alger, des milliers de personnes s’étaient massées sur les quais. Cheikh Salah, son fils, était à ses côtés. En voyant l’autorité morale dont jouissait encore Aziz au vu de l’énorme foule qui avait afflué de partout, les autorités coloniales ont eu peur d’un autre soulèvement s’il venait à être enterré chez lui à Seddouk en Kabylie où la confrérie Rahmania était toujours très puissante et le ressentiment envers les Français encore très vif. Il a alors été inhumé à Constantine aux côtés de son défunt père, au cimetière de Sidi Mabrouk. Cheikh Aziz, mort ou vivant, était un danger pour la France.

samedi 15 janvier 2005,