Seddouk Ouffella, village de Cheikh Ahaddad

Tadart n-Cixx Ahaddad

Accueil > Ramage > Enfer et paradis

Enfer et paradis

vendredi 15 septembre 2006, par Hamane

Enfer et paradis

Deux mois de silence, c’est long, trop long même, je l’avoue. Cependant, vous devez savoir qu’outre une paresse dont je n’ai aucune envie de me défaire tant elle me sied, des événements récents tant sur le plan national que mondial ont provoqué en moi une déprime que j’ai du mal à surmonter à ce jour.

Pourtant, à la veille de l’Aïd Amokrane et du nouvel an, c’est à dire fin décembre 2006, tout semblait concourir à fortifier l’espoir de l’avènement d’un monde meilleur : une semaine printanière en plein hiver, toutes les maisons de Dieu ouvertes et remplies de fidèles redoublants de ferventes prières, les enfants habillés de neuf, le mouton, la dinde … Tout était réuni pour faire de cette divine coïncidence du calendrier le jour de la REDEMPTION. La planète entière était en liesse. Et comment ne pas l’être quand on s’apprête à recevoir, pour la première fois depuis plus de quinze milliards d’années, la visite de deux envoyés de Dieu ? En effet, MOHAMMED et JESUS (Que le Salut soit sur eux), nous en étions certains, allaient saisir cette heureuse circonstance pour venir, la main dans la main, nous rendre visite et intercéder pour nous auprès du TOUT PUISSANT.

Hélas ! Mille fois hélas ! Au lieu du mouton et de la dinde, nous crûmes plus intelligent de leur offrir en guise de sacrifice celui d’un homme par pendaison. Horrifiés, nos deux prophètes s’en retournèrent en pleurs désespérés de la race humaine et résignés quant au sort que nous réservons à cette merveilleuse planète.

L’être humain, ce monstre prédateur, ce microbe qui aspire à accéder au PARADIS à travers ses mosquées, ses églises, ses synagogues et autres temples ignore-t-il qu’il y est déjà et que par sa folie, il est en train de la détruire ? Et combien même il existerait un PARADIS dans l’au-delà, il suffit qu’il y pénètre pour le transformer en ENFER.

Cela me rappelle les paroles d’un penseur français dont le nom m’échappe. « Le passé me hante, le présent me tourmente et l’avenir m’épouvante » Puisse Dieu avoir pitié de nous.

Désolé de paraître aussi pessimiste mais c’est aussi une manière de secouer les consciences. J’en profite pour vous livrer les paroles d’une de mes chansons qui me semble traduire assez fidèlement une certaine angoisse.

Yir tirga “Cauchemars”

A yayetma ugade ? Ô mes frères, j’ai peur

N ?antt-iyi yir tirga Par des cauchemars, je suis hanté

A yayetma ugade ? Ô mes frères, j’ai peur 

A-y-tentt-id-yawi uzekka Que demain puisse les ramener

Urga ? asirem ittemmat J’ai rêvé l’espoir qui se meurt

Urga ? afrux s snasel J’ai rêvé un oiseau enchaîné 

Urga ? tedder ?el tafat J’ai rêvé la lumière aveugle 

Urga ? ddunit temxel J’ai rêvé le monde en folie

Urga ? lheq yettewwat J’ai rêvé la justice martyrisée

Urga ? yettru l ?aqel J’ai rêvé le sage en pleurs

Urga ? igenni yenzef J’ai rêvé le ciel à sec

Urga ? akal ye ??uqer J’ai rêvé la terre stérile 

Urga ? sseha tekref J’ai rêvé la santé paralysée 

Ttargu ? le ?ra d cc J’ai rêvé le dénuement et la famine

Urga ? l ?aba tezlef J’ai rêvé la forêt calcinée

Ulac aman di lebher J’ai rêvé l’océan tari

Urga ? w-i-d yedsan d l ?ib J’ai rêvé que sourire était indécent

Lkuli ?at akw ?elqen J’ai rêvé les écoles fermées 

Urga ? ddunit d axrib J’ai rêvé le monde en ruine 

Urga ? at rebbi feq ?en J’ai rêvé les saints en colère

Urga ? tudert tettkwerrib J’ai rêvé la vie agonisante

Ula d Rebbi urga ? yehzen Et même Dieu était triste. 

Seddouk Oufella, le 1 mars 2007

Mohand BOUZERZOUR