SON VILLAGE

Son village, c’est ce qui reste à évoquer quant on a tout oublié.

Si loin, même si les conditions ne s’y prêtent guère, on a toujours envie d’y aller le visiter.

Le temps d’un laps séjour, pour se ressourcer, voir toutes les nouveautés et se reccuillir sur les tombes de ceux qui nous ont quitté.

Le premier jour de notre arrivée, même dans les ténèbres de la nuit.

Ce sont tous les membres de la famille, grands et petits, proches et lointains, qu’y affluaient.

Le lendemain, c’est au tour des voisins et amis qui parvenaient.

Profiter de ces si belles journées qu’on ne retrouve pas ailleurs.

Première sortie, premier tour d’horizon, les rues et les venelles du village.

Aller à la rencontre de toutes ces maisonnettes proprettes et ardentes, gardant encore un charme éblouissant.

Sortir dans les champs pour s’humecter le gosier d’eau minérale et limpide sortie des entrailles de la terre.

S’engouffrer dans des pinèdes pour humer l’air pur qui nous manquait.

Monter plus haut sur la montagne, dominer les vallées et contempler les splendides paysages

Voir toutes les roses sauvages et s’enivrer de leur parfum, de leurs agréables senteurs qui montent aux narines.

Quoi que l’on dise, quoi que l’on pense, son village, même s’il est laid, ne peut être perçu que comme le plus beau des villages du monde.

C’est pourquoi l’on considère que le globe tourne autour de lui.

L.BEDDAR